Géographie - 1er cycle

Imprimer la section

Territoire urbain

Métropole
Ville patrimoniale

Le territoire urbain est une réalité de plus en plus présente dans le monde. Plus de 50 % de la population mondiale vit dans des villes. L’étude de différents territoires urbains permet d’aborder une diversité de problèmes sociaux et environnementaux. Trois territoires urbains sont à l’étude au premier cycle du secondaire : la métropole, la ville soumise à des risques naturels et la ville patrimoniale.

B.  Ville soumise à des risques naturels

Une ville soumise à des risques naturels devrait être organisée de manière à assurer la sécurité de la population. Des mesures doivent être prises pour limiter les dégâts associés aux catastrophes naturelles. Ce n’est pas le cas partout sur la planète. Des enjeux s’y manifestent, tels que composer avec un risque naturel et prendre en compte le niveau de développement économique pour pallier les conséquences d’une catastrophe naturelle.

L’étude d’une des trois villes soumises à des risques naturels proposées dans le programme est obligatoire. L’enseignant a le choix entre Manille, Quito et San Francisco. L’équipe-cycle peut décider de l’année au cours de laquelle l’étude d’une ville soumise à des risques naturels doit se faire.

Les concepts prescrits dans le programme ne font pas l’objet d’un énoncé spécifique. C’est par l’utilisation de l’ensemble des connaissances liées au territoire que les élèves développent leur compréhension des concepts suivants : aménagement, banlieue, concentration, densité, environnement, étalement urbain, instabilité, niveau de développement, prévention, risque naturel, urbanisation.

  1. CONNAISSANCES LIÉES À L’ÉTUDE D’UNE VILLE SOUMISE À DES RISQUES NATURELS

L’élève apprend à le faire avec l’intervention de l’enseignante ou de l’enseignant.

L’élève le fait par lui-même à la fin de l’année scolaire.

Année
1re ou 2e
  1. Localisation d’une ville soumise à des risques naturels
    1. Situer la ville à l’étude dans son continent et son pays
    1. Situer, sur une carte du monde, des villes soumises à des risques naturels (ex. : Honolulu, Manille, Naples, Phuket, Port-au-Prince, Quito, San Francisco, Tokyo)
  1. Caractéristiques d’une ville soumise à des risques naturels
    1. Indiquer le ou les types de risques naturels auxquels la ville à l’étude est soumise (ex. : séismes à San Francisco, éruptions volcaniques du Guagua Pichincha, séismes à Quito)
    1. Indiquer une relation entre la localisation de la ville à l’étude et le ou les risques auxquels elle est soumise (ex. : San Francisco se développe sur un ensemble de failles dont la plus connue est celle de San Andreas; Manille est située sur le littoral d’une île d’un archipel volcanique et est exposée à plusieurs risques naturels : typhons provoquant des inondations et des glissements de terrain, éruptions volcaniques, séismes et raz de marée)
    1. Expliquer des attraits pour la population de la ville à l’étude malgré l’instabilité associée aux risques (ex. : les dépôts volcaniques fertiles de la vallée de la Cordillère des Andes attirent la population autour de Quito; le climat méditerranéen et la qualité de vie en Californie attirent la population à San Francisco)
    1. Établir le niveau de développement du pays où se situe la ville à l’étude (ex. : San Francisco est située dans un pays développé)
    1. Établir l’importance proportionnelle de la population de la ville à l’étude (ex. : en 2008, Manille regroupe 14 % de la population des Philippines; San Francisco regroupe 20 % de la population de la Californie)
  1. Aménagement d’une ville soumise à des risques naturels
    1. Indiquer des moyens utilisés pour protéger les citoyens de la ville à l’étude soumise à des risques naturels (ex. : constructions parasismiques à San Francisco, constructions sur pilotis et installation de digues pour éviter les coulées de boue à Manille)
    1. Expliquer la situation de quartiers de la ville à l’étude selon leur exposition aux risques naturels (ex. : à Quito, le centre des affaires et les quartiers favorisés sont situés au nord de la vallée, loin du volcan Guagua Pichincha; les quartiers plus pauvres et les bidonvilles sont situés sur les pentes du volcan, où les terrains sont moins chers, et ce, malgré le risque d’effondrements causés par l’érosion et des coulées de boue, les lahars)
    1. Indiquer des mesures de sécurité qui peuvent être prises par la ville à l’étude pour faire face aux suites d’une catastrophe (ex. : à San Francisco, les autorités ont préparé des plans d’évacuation des résidents et prévu l’installation de centres d’accueil pour les sinistrés)
  1. Enjeu présent dans une ou des villes soumises à des risques naturels
    1. Indiquer des mesures de prévention mises en œuvre pour faire face aux risques naturels (ex. : concevoir des systèmes de détection pour les séismes, les éruptions volcaniques, les cyclones et les raz de marée)
    1. Indiquer des conséquences d’une catastrophe naturelle pour la population de la ville à l’étude (ex. : en 1989, l’effondrement d’une partie du Bay Bridge, à San Francisco, a entraîné la mort de 42 personnes; le séisme a provoqué de multiples fuites de gaz et l’incendie de dizaines de bâtiments)
    1. Expliquer la relation entre l’urbanisation et les conséquences d’une catastrophe naturelle pour la population des villes (ex. : plus les quartiers d’une ville sont densément peuplés, plus le nombre de personnes touchées par une catastrophe naturelle peut être important)
    1. Expliquer la relation entre le niveau de développement économique du pays où se situe une ville et sa capacité à protéger ses résidents contre les risques (ex. : dans les villes de pays en développement, les ressources sont insuffisantes; peu de mesures sont prises pour parer aux catastrophes naturelles, ce qui est moins le cas dans les pays développés)

Métropole
Ville patrimoniale

Haut de page