Géographie - 1er cycle

Imprimer la section

Territoire autochtone

Connaissances liées à l’étude d’un territoire autochtone

Un territoire autochtone est occupé par des citoyens issus d’une Première nation qui revendiquent l’autonomie de ce territoire. Les populations autochtones des teritoires nordiques ayant établi une convention avec le gouvernement du Québec ou du Canada sont à l’étude. Ces conventions donnent aux populations autochtones une juridiction dans presque tous les domaines et leur permettent de développer leur territoire en harmonie avec leur mode de vie.

L’étude d’un des trois territoires autochtones proposés dans le programme est obligatoire. L’enseignant a le choix entre le Nunavut, le territoire des Cris et le territoire des Naskapis. L’équipe-cycle peut décider de l’année au cours de laquelle l’étude du territoire autochtone doit se faire.

Les concepts prescrits dans le programme ne font pas l’objet d’un énoncé spécifique. C’est par l’utilisation de l’ensemble des connaissances liées au territoire à l’étude que les élèves développent leur compréhension des concepts suivants : autochtone, bande, convention, culture, droits ancestraux, nation, nordicité, revendication.

Connaissances liées à l’étude d’un territoire autochtone

L’élève apprend à le faire avec l’intervention de l’enseignante ou de l’enseignant.

L’élève le fait par lui-même à la fin de l’année scolaire.

Année
1re ou 2e
  1. Localisation d’un territoire autochtone
    1. Situer le territoire autochtone à l’étude dans son continent et son pays
    1. Situer, sur une carte du monde, des territoires autochtones (ex. : le territoire aborigène en Australie, les territoires des Cris, des Naskapis et des Inuits au Canada, le Chiapas au Mexique)
  1. Caractéristiques d’un territoire autochtone
    1. Indiquer des critères établis par l’Organisation des Nations Unies qui permettent de caractériser un peuple autochtone (ex. : descendants de peuples qui existaient sur un territoire avant l’arrivée de peuples colonisateurs)
    1. Nommer des éléments de la culture du peuple autochtone à l’étude qui occupe le territoire (ex. : langue inuktitut, inukshuk, parka au Nunavut)
    1. Nommer des droits ancestraux reconnus aux Autochtones du territoire à l’étude (ex. : droit de chasse, de pêche, d’exploitation des ressources pour les Cris)
    1. Nommer les conventions établies entre les Autochtones et le gouvernement du Québec (ex. : Convention du Nord-Est québécois avec les Naskapis; Convention de la Baie-James et du Nord québécois avec les Cris)
    1. Nommer différentes institutions qui régissent le territoire autochtone à l’étude (ex. : conseil de bande, chef, conseillers chez les Naskapis)
    1. Énumérer des activités liées au mode de vie traditionnel des Autochtones du territoire à l’étude (ex. : chasse, pêche, piégeage au Nunavut)
    1. Nommer des activités liées au mode de vie actuel sur le territoire autochtone à l’étude (ex. : chantiers hydroélectriques, forestiers et miniers, tourisme, transport chez les Cris)
  1. Aménagement d’un territoire autochtone
    1. Énumérer des caractéristiques de l’organisation du territoire autochtone à l’étude (ex. : dispersion des villages et installations aéroportuaires dans tous les villages au Nunavut)
    1. Indiquer des infrastructures de transport mises en place sur le territoire autochtone à l’étude (ex. : réseau ferroviaire chez les Naskapis; ports et aéroports au Nunavut)
    1. Indiquer des infrastructures mises en place par les Autochtones sur le territoire à l’étude (ex. : chez les Cris, création de villages et d’installations récréotouristiques)
    1. Indiquer des contraintes d’aménagement associées à la nordicité du territoire autochtone à l’étude (ex. : le sol gelé en permanence rend difficile le développement de réseaux d’aqueducs et d’égouts au Nunavut)
  1. Enjeu présent dans un ou des territoires autochtones
    1. Nommer des partenaires avec lesquels les Autochtones partagent leur territoire (ex. : gouvernements fédéral ou provincial, compagnies d’exploitation de ressources naturelles)
    1. Indiquer des actions humaines qui ont eu des répercussions sur le territoire autochtone à l’étude (ex. : création de lacs de rétention qui ont perturbé le milieu, la faune et la flore chez les Cris)
    1. Expliquer des répercussions de mesures mises en place pour protéger les territoires autochtones à l’étude (ex. : depuis la signature de la Convention de la Baie-James et du Nord québécois en 1975, les Cris ont un pouvoir décisionnel sur leur territoire, notamment pour l’exploitation des ressources et la sauvegarde de leur mode de vie)
    1. Nommer des revendications de peuples autochtones n’ayant pas encore établi de convention avec les gouvernements (ex. : revendications d’ordre territorial, économique, culturel)
    1. Nommer des instances auprès desquelles les peuples autochtones du monde font valoir leurs revendications (ex. : les gouvernements nationaux, l’Organisation des Nations Unies)

Haut de page