This page is not translated in english.

Nearest parent page translated

Français, langue seconde (programme enrichi)

Imprimer la section

Lexique

Le lexique est à la base de tout langage. Il permet de nommer la réalité et de mieux se la représenter. Il est également porteur d’un contenu culturel. Aussi importe-t-il d’amener les élèves à enrichir leur vocabulaire de façon à pouvoir utiliser le terme juste lorsqu’ils s’expriment en français et d’apprécier la richesse et la complexité de la langue française. Cela leur permettra aussi de mieux comprendre le milieu francophone.

Au primaire, les élèves ont été exposés à un vocabulaire riche provenant d’une diversité de textes, littéraires, courants ou liés à d’autres disciplines, qu’ils ont appris à utiliser pour s’exprimer en français afin de répondre à des besoins d’ordre personnel, scolaire ou social.

Au secondaire, ils acquièrent un vocabulaire plus étendu, susceptible de répondre à des besoins langagiers croissants liés à leur capacité accrue de raisonner et de résoudre des problèmes. Au gré de leurs interactions et de leurs lectures, les élèves constituent un répertoire lexical qu’ils peuvent réutiliser par la suite dans divers contextes et qui les aide à nuancer leurs idées et leurs propos dans leurs productions à l’oral et à l’écrit.

Le tableau qui suit présente les connaissances de divers ordres que les élèves doivent acquérir sur le plan lexical. Ces connaissances portent sur le vocabulaire à s’approprier, la formation des mots, les relations sémantiques, l’origine et l’évolution des mots français, les figures de style, les expressions et le métalangage.

Lexique

L’élève apprend à le faire avec l’intervention de l’enseignante ou de l’enseignant.

L’élève le fait par lui-même à la fin de l’année scolaire.

 

L’élève réutilise cette connaissance.

P : La lettre P indique que cette notion a été abordée au primaire.

Primaire

Secondaire
1er
cycle
2e
cycle
  1. Vocabulaire relatif à la situation d’apprentissage
  1re 2e 3e 4e 5e
  1. Comprendre le vocabulaire courant associé au sujet abordé (ex. : la malbouffe, l’obésité, les vitamines pour parler des troubles alimentaires)
P      
  1. Utiliser le vocabulaire courant associé au sujet abordé
P      
  1. Comprendre le vocabulaire spécialisé associé au sujet abordé (ex. : une luxation, la kinésithérapie, une chirurgie orthopédique pour parler de médecine sportive)
P  
  1. Utiliser le vocabulaire spécialisé associé au sujet abordé
P
  1. Comprendre le vocabulaire utilisé dans une variété de textes entendus, lus ou vus
P
  1. Utiliser un vocabulaire varié et précis dans ses interactions et ses productions
P
  1. Orthographe d’usage
  1re 2e 3e 4e 5e
  1. Orthographier correctement les mots appris
P        
  1. Utiliser correctement la majuscule (ex. : dans les noms propres, dans les titres)
P      
  1. Reconnaître le procédé d’élision (ex. : je crois qu’elle viendra [et non *que elle], il se battra jusqu'au bout [et non *jusque au], l’arrivée [et non *la arrivée])
P        
  1. Appliquer correctement le procédé d’élision lorsque nécessaire
P      
  1. Formation des mots
  1re 2e 3e 4e 5e
  1. Reconnaître dans un mot ce qui en constitue la base, à laquelle un préfixe ou un suffixe a été ajouté (ex. : in-class-able)
P        
  1. Reconnaître les procédés de construction des mots dérivés
    1. la préfixation (ex. : limitation, exporter, imbuvable)
P        
    1. la suffixation (ex. : idéalisme, matinal)
P        
  1. Comprendre le sens de certains préfixes qui marquent
    1. la réciprocité ou la répétition (ex. : intersection, recharger)
       
    1. une position ou un mouvement dans l’espace ou le temps (ex. : surélever, précuit)
       
    1. la négation ou la privation (ex. : incapacité, anaérobie)
       
    1. l’opposition ou l’association (ex. : antidérapant, coéditer)
       
    1. l’intensité ou la quantité (ex. : ultrason, bimensuel)
       
  1. Comprendre le sens de certains suffixes qui forment
    1. des noms désignant
      1. une action (ex. : glissade, déménagement, augmentation)
       
      1. l’agent d’une action (ex. : admiratrice, signataire)
       
      1. une personne exerçant un métier, une profession (ex. : infirmier, coiffeuse, dentiste)
       
      1. un lieu (ex. : boulangerie, roseraie)
       
    1. des adjectifs marquant
      1. une qualité, une propriété (ex. : laiteux, phénoménal)
       
      1. l’appartenance à un peuple, à un lieu (ex. : hollandais, campagnard)
       
      1. la possibilité, la capacité (ex. : réparable, convertible)
       
      1. la dépréciation (ex. : jaunâtre, bonasse)
       
    1. des verbes exprimant
      1. une action (ex. : humidifier, socialiser)
       
      1. la répétition avec une valeur diminutive (ex. : craqueler, mordiller)
     
    1. des adverbes indiquant la manière (ex. : aisément, abondamment)
         
  1. Reconnaître les procédés de construction des mots par composition
    1. la composition proprement dite comportant
      1. des noms composés (ex. : sèche-linge, tiers-monde, compte-goutte)
P      
      1. des adjectifs composés (ex. : orange brûlé, néo-zélandais, médico-légal)
       
      1. des locutions verbales (ex. : perdre de vue, avoir l’air, prêter serment)
       
      1. des locutions adverbiales (ex. : ici-bas, en outre, à ce moment-ci)
     
      1. des locutions prépositives (ex. : en instance de, au-dessus de, quitte à)
   
      1. des locutions conjonctives (ex. : malgré le fait que, de peur que, bien avant que)
   
    1. la composition savante : mots comportant des éléments d’origine latine (ex. : agricole, rétrograde) ou grecque (ex. : zoologie, monochrome)
     
  1. Reconnaître le procédé de construction de mots par télescopage (ex. : domotique pour domicile et informatique, bibliobus pour bibliothèque et autobus)
     
  1. Reconnaître les procédés de construction de mots par abrègement
    1. la troncation (ex. : bac pour baccalauréat, ampli pour amplificateur)
     
    1. la siglaison (ex. : TVHD pour télévision à haute définition, OGM pour organisme génétiquement modifié)
     
    1. l’acronymie (ex. : OPEP pour Organisation des pays exportateurs de pétrole, OVNI pour objet volant non identifié)
     
  1. Utiliser des mots formés par dérivation, composition, télescopage ou abrègement dans ses productions orales et écrites
     
  1. Reconnaître le phénomène d’emprunt de mots à d’autres langues (ex. : scooter de l’anglais, paparazzi de l’italien, méchoui de l’arabe)
P        
  1. Relations sémantiques
  1re 2e 3e 4e 5e
  1. Comprendre les relations de sens entre les mots :
    1. les familles de mots
      1. la nominalisation (ex. : J’ai vu que tu étais triste. → J’ai vu la tristesse dans tes yeux.)
         
      1. l’adjectivation (ex. : Elle a un changement d’humeur. → Son humeur est changeante.)
         
      1. l’adverbialisation (ex. : Le cycliste roule avec rapidité. → Le cycliste roule rapidement.)
         
    1. les congénères (ex. : forêt / forest, docteur / doctor)
P        
    1. la synonymie (ex. : fatigue / lassitude, démesure / exagération, odeur / senteur)
P        
    1. l’antonymie (ex. : détenir / libérer, fortement / faiblement, clarté / pénombre, loyal / déloyal)
P        
    1. l’inclusion : les mots génériques (ex. : instruments à vent) et les mots spécifiques (ex. : flûte traversière, basson, clarinette)
P        
    1. l’homonymie (ex. : poste de travail / bureau de poste, leurs dessins / un leurre)
P      
    1. le champ sémantique (ex. : le mot lit peut faire surgir les mots meuble ou rivière)
P    
    1. la polysémie (ex. : l’eau claire, les idées claires, un son clair)
P    
    1. la collocation1 (ex. : une pluie torrentielle, un teint basané)
       
    1. la paronymie (ex. : allusion / illusion, attitude / aptitude)
       
  1. Origine et évolution des mots français
  1re 2e 3e 4e 5e
  1. Reconnaître
    1. des québécismes (ex. : hameçonnage, poudrerie)
       
    1. des néologismes (ex. : blogue, baladodiffusion)
       
    1. des archaïsmes (ex. : moult, sus)
   
  1. Figures de style
  1re 2e 3e 4e 5e
  1. Reconnaître
    1. la comparaison (ex. : Cet enfant est blond comme les blés. Le soleil lance ses rayons tels des dards.)
         
    1. la litote (ex. : Sa coiffure ne lui va pas mal, pour dire que sa coiffure lui va bien. Il ne fait pas chaud, pour dire qu’il fait froid.)
       
    1. l’ironie (ex. : Quelle élégance! pour reprocher à quelqu’un sa tenue négligée)
       
    1. l’hyperbole (ex. : être trempé jusqu’aux os, crever de faim)
     
    1. la métaphore (ex. : noyer le poisson, être dans la fleur de l’âge)
 
  1. Utiliser
    1. la comparaison
         
    1. la litote
       
    1. l’ironie
       
    1. l’hyperbole
     
    1. la métaphore
 
  1. Expressions
  1re 2e 3e 4e 5e
  1. Comprendre
    1. des locutions figées (ex. : un pied de nez, se tirer d’affaire)
P      
    1. des expressions idiomatiques (ex. : la semaine des quatre jeudis, monter sur ses grands chevaux)
P      
    1. des proverbes (ex. : On ne fait pas d’omelette sans casser des œufs. Mieux vaut tard que jamais.)
     
    1. des périphrases (ex. : la ville aux cent clochers pour désigner Montréal, les forces de l’ordre pour désigner la police)
P  
  1. Utiliser
    1. des locutions figées
P      
    1. des expressions idiomatiques
P      
    1. des proverbes
     
    1. des périphrases
P
  1. Vocabulaire relatif au métalangage
  1re 2e 3e 4e 5e
  1. Comprendre et utiliser des termes
    1. qui servent à décrire et analyser la phrase de base et ses constituants (ex. : sujet, prédicat)
P        
    1. qui servent à désigner différents groupes (ex. : nominal, verbal) et le vocabulaire afférent (ex. : noyau, complément)
P        
    1. liés aux manipulations syntaxiques (ex. : déplacement, addition)
P        
    1. liés à la formation des mots : (ex. : préfixe, suffixe)
P        
1.  Dans l’usage, on parle aussi de cooccurrence.

Haut de page