This page is not translated in english.

Nearest parent page translated

Français, langue d’enseignement

Imprimer la section

Deuxième partie : les ressources de la langue

2. Les ressources de la langue pour situer dans le temps

Situer dans le temps, c’est indiquer à quel moment la réalisation d’un évènement a lieu (début, fin); c’est en préciser la durée (par exemple, en un clin d’œil) et la fréquence (par exemple, parfois). C’est aussi situer les évènements les uns par rapport aux autres : la simultanéité (par exemple, en même temps que), l’antériorité  (par exemple, avant), la postériorité (par exemple, après) ou les situer par rapport au moment de l’énonciation (par exemple, aujourd’hui, je cuisine; hier, je chantais).

Situer dans le temps est difficile pour un élève, car cela implique de s’extraire de la réalité du temps présent pour envisager le temps sous différents angles : les valeurs temporelles (par exemple, le présent permanent de l’indicatif dans un article de dictionnaire); les valeurs modales (par exemple, une valeur de souhait par l’emploi du subjonctif pour des vœux); l’aspect accompli d’un évènement (par exemple, le passé composé pour un compte rendu); etc.

La principale ressource de la langue pour exprimer le temps est le verbe conjugué. Des mots (par exemple, l'adverbe), des groupes de mots et la phrase subordonnée à valeur temporelle servent aussi à situer dans le temps.

Plan

A. Les ressources de la langue pour situer dans le temps
  1. Le lexique
  2. Les structures syntaxiques
    • le GV prédicat
    • des groupes GN, GPrép, GAdv, compléments de phrase
    • la phrase subordonnée à valeur temporelle
    • les constructions du GV (fonction des expansions)
  3. Le système des temps verbaux dans le texte (harmonisation des temps)
  4. La conjugaison
B. Les outils pour faire de la grammaire
  1. La phrase et ses constituants
  2. Le groupe verbal et ses constituants

L’élève apprend à le faire avec l’intervention de l’enseignante ou de l’enseignant.

L’élève le fait par lui-même à la fin de l’année scolaire.

 

L’élève réutilise cette connaissance.

P : La lettre P indique que l’élève a fait un apprentissage systématique du phénomène, au primaire.

L : Lecture    É : Écriture    O : Communication orale

mot en petites capitales : Consultation requise de la section indiquée.

(P1; P2) : Référence au programme du 1er et du 2e cycle : lecture; écriture; communication orale; notions et concepts.

Primaire

Secondaire
1er
cycle
2e
cycle
  1. Les ressources de la langue pour situer dans le temps
  1re 2e 3e 4e 5e
  1. LE LEXIQUE (sens et orthographe lexicale) 
  • 1.1.   Reconnaître ou utiliser les mots et les groupes de mots qui donnent des précisions sur le temps 
    1. Le moment, l’époque (ex. : le 2 mai, à l’adolescence, après, aux environs de quatre heures, du temps de Maurice Richard, en automne, être en train de, être sur le point de, pendant que)
P
LÉO

LÉO
     
    1. La durée (ex. : à travers les siècles, depuis l’an dernier, en un clin d’œil, jusqu’à ton retour, longuement, prolonger, s’étirer)
P
LÉO

LÉO
     
    1. La fréquence (ex. : avoir l’habitude, parfois, répéter, trois fois par jour)
P
LÉO

LÉO
     
    1. Le début et la fin d’un évènement (ex. : amorcer, dès la départ, terminer)
P
LÉO

LÉO
     
  • 1.2.   Reconnaître ou utiliser les mots et les groupes de mots qui situent   
    1. Les évènements par rapport au temps d’énonciation (ex. : hier, demain, aujourd’hui, samedi dernier, cette année-ci, dans deux ans)
 
O

LO

É

LÉO
   
    1. Les évènements les uns par rapport aux autres : l’antériorité, la simultanéité, la postériorité (ex. : la veille [et non hier], le lendemain [et non demain], le jour même, le samedi d’avant, cette année-là, deux ans plus tard, pendant que)
 
O

LO

É

LÉO
   
  1. LES STRUCTURES SYNTAXIQUES (construction et règles d’accord) POUR EXPRIMER LE TEMPS
    (P1 : 134-136)   (P2 : 124-128, 130-131)
  • 2.1.   Reconnaître ou utiliser le groupe verbal (GV)
    1. Le groupe verbal, prédicat, dont le verbe noyau est au mode indicatif
P
LÉO

LÉO
     
      1. l’identification du verbe ou de la locution verbale par deux manipulations : le remplacement (changement de temps verbal) et l’ajout de l'adverbe ne pas (ex. : Elle ne ferme pas la porte. Ne pas fermer la porte. Il n’avait pas téléphoné.); par la combinaison de ses caractéristiques
P

É
     
        • syntaxiques : noyau du GV; différentes constructions (avec ou sans complément, avec attribut, voir 2.4); receveur de personne et de nombre du nom ou du pronom donneur dans la fonction de sujet
P

     
        • morphologiques : variation du radical, de la terminaison; correspondance des temps simples et des temps composés
P

     
        • sémantiques : situation dans le temps; valeur : action (ex. : donner), parole (ex. : marmonner), transformation (ex. : maigrir), etc.
 

     
      1. l’identification de l’auxiliaire d’aspect : il précède le verbe et il exprime la manière dont on envisage l’évènement entre son début et sa fin (ex. : Quand il se mit à jouer de son violoncelle...; Nancy vient de terminer sa thèse. Elle est en train de rêver à...)
       
 
      1. l’identification de l’auxiliaire de modalité (ex. : Pierre doit partir) modaliser 2.1
       
 
    1. L’accord du verbe, de l’auxiliaire de conjugaison, des auxiliaires d’aspect et de modalité
      1. règle générale : receveur de la personne et du nombre du nom ou du pronom donneur, dans la fonction de sujet (utiliser les manipulations syntaxiques : pronominalisation (Il) et encadrement (par C’est... qui) pour reconnaître le donneur, sujet)
P
LÉO

LÉO
     
        • cas particuliers
        • plusieurs sujets de 3e personne, coordonnés par des coordonnants exprimant l’addition
P
LÉO

LÉO
     
        • plusieurs sujets de 3e personne, coordonnés par des coordonnants exprimant le choix
   
L

ÉO
   
        • plusieurs sujets constitués de noms et de pronoms de personnes différentes
   
LÉO

LÉO
   
        • le sujet est le pronom on
   
LÉO
     
        • le sujet, nom collectif avec ou sans expansion (ex. : la multitude, la plupart, une nuée d’abeilles)
     
LÉO
   
        • le sujet est plus d’un ou moins de deux suivi ou non d’un nom
         
LÉO
      1. l’accord du participe passé avec l’auxiliaire être
P
LÉO
       
      1. l’accord du participe passé avec l’auxiliaire avoir : la règle générale
   
LÉO
     
        • cas particuliers
        • le complément direct est le pronom en ou le, substitué à une phrase ou une partie de texte
       
 
        • le participe passé est suivi d’un verbe à l’infinitif
       
 
        • le participe passé des verbes pronominaux
         
        • le participe passé des verbes impersonnels : invariable
         
  • 2.2.    Reconnaître ou utiliser des groupes dans la fonction de complément de phrase: GN (ex. : le soir), GPrép (ex. : dès minuit), GAdv (ex. : demain)
 
LÉO
       
  • 2.3.    Reconnaître ou utiliser la phrase subordonnée à valeur temporelle dans la fonction de complément de phrase
    1. La phrase dans sa forme complète (ex. : Ma mère trouvera la maison bien vide quand je serai partie.)
 
LÉO
       
      1. la réduction de la phrase subordonnée de temps
        • un GPrép (ex. : Elle s’en alla après qu’elle nous eut salués/ après nous avoir salués.)
       
 
        • un GVPart (ex. : Entrant dans la salle [pour Alors qu’il entrait dans la salle], il surprit sa famille en train de préparer sa fête d’anniversaire.)
       
 
    1. Utilisation de la variété de langue standard à l’oral (ex. : éviter le double subordonnant quand que)
 
O

O
     
  • 2.4.   Reconnaître ou utiliser les diverses constructions du GV; déterminer les fonctions
    1. Le verbe sans expansion (ex. : La lune brille.)
P
LÉO
       
    1. Le verbe attributif
      1. les sortes
        • courants (ex. : être, sembler, demeurer, etc.)
P          
        • moins courants (ex. : avoir l’air, être choisi/élu, passer pour, se considérer comme)
     
   
      1. l’expansion du verbe, attribut du sujet nommer–caractériser. 4.2
        • un GAdj  ou un GN (ex. : Léa est fière d’elle1. Ma mère est une musicienne.)
P

LÉO
     
        • un GPrép  ou un GAdv   (ex. : L’obésité est en progression. Comme la lune est proche!)
   
LÉO
     
        • un pronom  (ex. : La soirée est pénible; elle l’est.); marques de genre, de nombre, de personne
   
LÉO
     
        • une phrase subordonnée complétive (ex. : Le fait est qu’il n’est pas venu.)
       
 
      1. l’expansion du verbe, attribut du complément direct : le GAdj (ex. : Il aime son café noir.), le GN (ex. : On a élu mon voisin, maire.), le GPrép (ex. : Ils tiennent leur enfant pour un génie.), le GVInf (ex. : J’ai vu le lauréat passer.)
       
 
      1. la réduction à un GAdj de la phrase construite avec un verbe attributif (ex. : Les filles étaient exubérantes et elles riaient./Exubérantes, les filles riaient.)
     
   
    1. Le verbe précédé ou suivi d’une expansion, dans la fonction de modificateur du verbe2
      1. un GAdv (ex. : Elle chante bien.)
 
L

LÉO
     
      1. un GPrép (ex. : Rire à gorge déployée.)
   
L

LÉO
   
    1. Le verbe suivi d’une expansion complément direct du verbe
      1. le GN (recours à la manipulation de pronominalisation) (ex. : Les jeunes ont perçu les nuances. → Les jeunes les ont perçues.) ou le pronom 
        (ex. : Attends-moi.)
 
LÉO
       
      1. le GVInf (ex. : Les chats aiment jouer.)
 
LÉO
       
      1. la phrase subordonnée complétive, complément direct
   
LÉO

LÉO
   
        • notion de subordination et de coordination
 

     
        • le subordonnant que
   
     
        • comparaison de la phrase subordonnée complétive complément direct du verbe (ex. : Je sais que tu chantes bien.) et de la phrase subordonnée relative en que (ex. : Le repos que j’ai pris m’a fait du bien.)
   

   
        • la réduction de la subordonnée complétive à un GPrép contenant un verbe à l’infinitif (ex. : Maman m’a dit de ne pas parler aux étrangers.) ou à un GN (ex. : Papa souhaite ta venue.) à des fins de concision
     
   
        • la réduction de la subordonnée complétive à un verbe à l’infinitif (ex. : Jonathan m’a dit parler le russe.)
       
 
    1. Le verbe suivi d’une expansion complément indirect du verbe
      1. une préposition + GN (ex. : Je pense à nos vacances.)


     
      1. le GPrép (recours à la manipulation de pronominalisation) (ex. : Je pense à nos vacances → J’y pense.)
 
L

LÉO
     
        • la coordination des compléments indirects du verbe (ex. : *Nous irons à la campagne et en bateau / et nous ferons du bateau.)
     
   
      1. le pronom (ex. : Son visage lui rappelle quelqu’un.)
   
LÉO
     
        • l’ordre approprié des pronoms dans le GV; orthographe (ex. : *Dites-moi le. / Dites-le-moi si vous avez froid.)
     
LÉO
   
      1. la phrase subordonnée complétive, complément indirect du verbe (ex. : Je suis étonné que tu sois ici. = Je suis étonné de cela.)
     
   
        • la phrase subordonnée complétive exclamative indirect (ex. : Je sais combien Marie-de-l’Incarnation est une figure importante de notre histoire.); construction et ponctuation
     
   
        • la phrase subordonnée complétive interrogative indirecte; construction et ponctuation
     
LÉO
   
        • langue standard à l’oral (ex. :*Je ne me souviens pas de qu’est-ce que tu as dit./Je ne me souviens pas de ce que tu as dit.)
     
LÉO
   
    1. La concordance des temps des phrases subordonnées à l’étude en fonction
      1. du sens du verbe de la phrase enchâssante : verbe de volonté, de sentiment, etc. (ex. : Il exige que tu finisses ton travail.)
     
LÉO

LÉO
 
      1. du subordonnant (ex. : Bien que je sois autonome, j’aime qu’on apprécie mon travail. Il est parti après qu’il a eu mangé.)
     

LÉO
 
      1. des constructions impersonnelles (ex. : Il faut que je dorme.)
     
LÉO

LÉO
 
  1. LE SYSTÈME DES TEMPS VERBAUX ET LEURS VALEURS POUR ASSURER LA COHÉRENCE TEMPORELLE DU TEXTE
    (P1 : 132)   (P2 : 117, 131)
  • 3.1.    Repérer le temps dominant du texte et comprendre les relations entre les temps verbaux pour situer les évènements les uns par rapport aux autres OU choisir le temps dominant du texte et harmoniser les temps verbaux
    1. Le présent
      1. le présent comme temps dominant pour informer, commenter, soutenir une position
 
       
        • certains autres temps qui gravitent autour du présent, les uns pour exprimer l’antériorité (passé composé, imparfait, plus-que-parfait), les autres, la postériorité (futur, futur antérieur, conditionnel présent)
 

     
    1. Les temps du passé
      1. le passé simple comme temps dominant, surtout dans les textes littéraires, pour raconter au passé (4.2)
 
L

É

É
   
        • certains autres temps qui gravitent autour du passé simple : soit pour exprimer l’antériorité : le plus-que-parfait, le passé antérieur (ex. : Quand elle eut achevé son texte, elle écouta de la musique.), soit pour exprimer la postériorité : le conditionnel présent [le futur du passé](ex. : Les cavaliers traversaient la montagne; encore deux jours et ils pénétreraient dans la ville.)
 
L

É

É
   
      1. le passé composé comme temps dominant pour raconter au passé (ex. : L’Étranger, Camus) ou pour décrire, justifier un évènement passé (ex. : Les voleurs avaient déjà filé quand les policiers sont arrivés.)
 
L

É
     
        • les mêmes autres temps qu’avec le passé simple.
 
L

É

É
   
    1. Reconnaissance de l’aspect accompli ou non accompli des verbes aux temps de l’indicatif peu importe la situation de l’évènement dans la chronologie : aspect accompli des verbes aux temps composés (ex. : accompli dans le passé : Quand le loup eut frappé...); aspect non accompli dans les verbes aux temps simples (ex. : non accompli dans le passé : Le loup frappa...)
         
  • 3.2.   Repérer ou choisir les valeurs temporelles de différents temps verbaux (passé, présent, futur)
    1. Les valeurs du présent
      1. le présent d’énonciation : évènement qui se déroule dans le temps même de l’énonciation (ex. : conversation, journal personnel, aparté au théâtre)
P
LÉO
       
      1. le présent de narration : évènement passé ou anticipé raconté comme s’il se produisait dans le temps même de l’énonciation (ex. : anecdote, récit bref ou roman)
 

     
      1. le présent permanent : évènement présenté sans lien avec la situation d’énonciation (ex. : Le soleil se lève à l’est.)
 
LÉO

LÉO
     
        • le présent de l’indicatif (ex. : article encyclopédique, article de dictionnaire)
 
LÉO

LÉO
     
        • le présent de l’impératif ou de l’infinitif (ex. : fiche technique, consigne)
 
LÉO

LÉO
     
    1. Les valeurs de l’imparfait
      1. l’imparfait de narration : dans un récit au passé simple [action principale], l’imparfait sert surtout à marquer l’arrière-plan [décor, action secondaire, etc.] (ex. : Il faisait beau, les touristes flânaient sur les terrasses; soudain le ciel s’obscurcit, l’orage éclata.)
   

   
      1. l’imparfait d’habitude (ex. : Dans ce temps-là, les ménagères faisaient le lavage le lundi, repassaient ou reprisaient le mardi, ...)
   
LÉO

LÉO
   
    1. Les valeurs du futur
      1. le futur situe un évènement dans l’avenir
P
LÉO
       
      1. le futur peut servir à énoncer une vérité générale (ex. : On ne dira jamais assez combien les amis sont importants.)
     
LÉO
   
      1. le futur peut annoncer, dans un texte au passé, un évènement à venir (ex. : Les troupes avançaient lentement; encore deux jours et elles pénétreront dans la ville.)
         
  1. LA CONJUGAISON : SYSTÈME ORDONNÉ DES FORMES DU VERBE
    (P1 : 136, 138)   (P2 : 131)
  • 4.1.    Distinguer le mode et les temps qui ont une valeur temporelle (l’indicatif) de ceux qui ne situent pas dans le temps (le subjonctif, l’impératif et l’infinitif)
   

   
    1. Les valeurs modales de l’impératif et du subjonctif pour exprimer un ordre, un souhait, etc. modaliser 2
       
 
    1. Les  valeurs modales de certains emplois du futur et du conditionnel (ex. : Ce serait la solution.) modaliser 2
       
É
 
  • 4.2.   Connaître et utiliser les formes du verbe organisées en système
    1. Les formes (radical et terminaison) de tous les temps simples de l’indicatif  et le passé composé de l’indicatif des verbes à l’étude (4.3)
P


É

É
 
      1. le passé simple : 3e personne (1re et 2e); toutes les personnes des verbes à l’étude (4.3)
 


É

É
 
    1. Les formes des temps simples du subjonctif, de l’impératif, du participe et de l’infinitif des verbes à l’étude (4.3)
 


É

É
 
    1. Les temps composés des temps correspondants aux temps simples (sauf le conditionnel passé 2e forme, l’imparfait et le plus-que-parfait du subjonctif) des verbes à l’étude (4.3)
 


É

É
 
  • 4.3.   Utiliser les verbes suivants aux temps à l’étude
    1. verbes fréquents : aller, avoir, dire, devoir, être, faire, partir, pouvoir, prendre, savoir, vouloir, voir 
P
LÉO
       
    1. falloir, mettre, sortir, venir, vivre
   
LÉO
     
    1. verbes en –er (comme aimer, arriver, parler, rester), verbes en –cer (comme commencer), verbes en –ger (comme manger)
P
LÉO
       
    1. verbes en –eler et en –eter (comme appeler et jeter)
   
LÉO
     
    1. verbes qui ont un e muet (comme acheter) ou un é (comme céder) à l’avant-dernière syllabe
   
LÉO
     
    1. verbes en –ir qui ont un participe présent en –issant (comme agir, finir)
P
LÉO
       
    1. verbes en –ir qui ont un participe présent en –ant (comme couvrir, cueillir, dormir, offrir, servir, souffrir, ouvrir)
   
LÉO
     
    1. verbes en –dre qui ont un participe présent en –dant (comme rendre) et les verbes en –tre (comme mettre)
     
LÉO
   
    1. verbes boire, haïr
     
LÉO
   
    1. verbes qui doublent le r au futur et au conditionnel (comme courir, mourir, voir )
   
LÉO
     
    1. verbes en –indre et –soudre (ex. : craindre, peindre, résoudre)
       
LÉO
 
    1. verbes en –oir (ex. : émouvoir, décevoir, recevoir, s’asseoir)
       
LÉO
 
    1. verbes vaincre, convaincre, rompre, corrompre, interrompre
       
LÉO
 
  • 4.4.   Distinguer les finales verbales homophoniques
    1. En [e] : er, ai, ez, é, ée, és, ées, sauf le participe passé suivi d’un verbe à l’infinitif des verbes pronominaux 
 


   
    1. En [i] : is, it, ie 
     

 
  • 4.5.   Employer l’auxiliaire approprié
    1. Dans les temps composés des verbes usuels (ex. : *Un homme avait rentré dans sa maison pour était rentré)
 
LÉO

LÉO
     
    1. Avec les verbes exprimant un mouvement ou une transformation (ex. : arriver, descendre, monter, sortir, naître, mourir), à l’oral comme à l’écrit
   
LÉO

LÉO
   
    1. Avec les verbes pouvant prendre l’un ou l’autre auxiliaire (ex. : augmenter, déménager, maigrir, vieillir)
     
LÉO
   
  1. Les outils pour faire de la grammaire
  1re 2e 3e 4e 5e
  1. LA PHRASE SYNTAXIQUE ET SES CONSTITUANTS
    (P1 : 132-133)   (P2 : 123, 125-127)
  • 5.1.    Identifier la phrase syntaxique et ses constituants obligatoires et facultatifs à partir du modèle de la phrase de base ou phrase P et des manipulations syntaxiques3 nommer-caractériser 6
 




  1. LE GROUPE VERBAL ET SES CONSTITUANTS
  • 6.1.   Identifier le groupe verbal (GV) prédicat, constituant obligatoire de la phrase
    1. Le GV prédicat dans des phrases avec un seul verbe conjugué à un temps simple de l’indicatif
P          
    1. Le GV prédicat dans des phrases qui contiennent plus d'un verbe conjugé à un mode personnel
 

     
  • 6.2.   Identifier les constructions du GV et les fonctions des expansions du verbe   
    1. Les diverses constructions (voir 2.4)
P


   
    1. Les fonctions des expansions du verbe
      1. attribut
 

     
      1. complément direct
 


   
      1. complément indirect
 


   
      1. modificateur
   

   
1.  Pour un élève du primaire, l’attribut dans la phrase Léa est fière d’elle est l’adjectif fière et non le GAdj fière d’elle : la notion de groupe fait l’objet d’un apprentissage systématique au secondaire.
2.  Au primaire, l’adverbe et la préposition sont identifiés en tant que classe de mots invariables. Les notions de GAdv, de GPrép et de modificateur ne sont pas abordées.
3.  Les manipulations syntaxiques : l’ajout, le dédoublement, le déplacement, l’effacement, l’encadrement et le remplacement dont la pronominalisation.

Haut de page