This page is not translated in english.

Nearest parent page translated

Français, langue d’enseignement

Imprimer la section

Première partie : les modes de discours

2. L’explication dans les textes écrits et oraux

Du primaire à la fin du secondaire

Au primaire, l’élève a souvent eu l’occasion de comprendre ou de faire comprendre des réalités de la vie courante ou des phénomènes qui relèvent d’autres disciplines scolaires sans que soit nettement établie la distinction entre décrire et expliquer.

Après avoir exploré, au 1er cycle du secondaire, la description sous plusieurs de ses formes, l’élève est appelé, en 3e secondaire, à faire un travail systématique sur l’explication qui consiste à présenter des éléments liés à un fait, une situation complexe ou un phénomène d’ordre naturel, social ou moral en établissant des liens de causalité de façon à répondre à la question pourquoi? ou à une question équivalente. Il est amené à comprendre le rôle et l’intérêt des procédés linguistiques et textuels permettant d’expliquer une réalité et à faire usage de ces procédés. De plus, l’élève est initié au résumé pour retenir des informations contenues dans la documentation qu’il consulte. Au cours des deux dernières années du 2e cycle, il apprend à reconnaître et à utiliser une stratégie basée sur l’explication dans des textes argumentatifs.

La diversité des genres de textes

Au cours d’activités variées, l’élève fait l’expérience de genres où la séquence explicative constitue l’essentiel d’un texte, notamment dans les domaines de la recherche scientifique et de la vulgarisation des connaissances (par exemple, un article de vulgarisation scientifique); il fera également l’expérience de genres à dominante descriptive (par exemple, manuel de sciences et de technologie ou de sciences humaines) ou argumentative (par exemple, texte d’opinion argumentée et débat) dans lesquels la séquence explicative est insérée et où, souvent, elle ne se réalise que partiellement, la phase du questionnement étant alors implicite.

Les familles de situations

Les genres de textes explicatifs renvoient aux familles de situations liées à l’information.

Au 2e cycle :

  • Lecture : S’informer en ayant recours à une variété de textes courants et de médias (p. 33-34)
  • Écriture : Informer en élaborant des descriptions et des explications (p. 55-56)
  • Communication orale : S’informer en ayant recours à l’écoute individuellement et en interaction (p. 79-80); Informer en ayant recours à la prise de parole individuellement et en interaction (p. 79-80)

Le tableau des genres de textes explicatifs

Le tableau ci-dessous présente les genres sélectionnés pour organiser, à chaque année du secondaire, le travail d’appropriation par les élèves des contenus, des notions, des procédés et des stratégies qui se rapportent à l'explication. L’enseignant peut choisir d’autres genres qui permettraient de répondre aux exigences des contenus de la progression.

Les genres explicatifs

  Lecture Écriture Communication orale
2e cycle 3e secondaire
  • Article de vulgarisation qui vise à faire comprendre un fait, une situation, un phénomène (voir Description)
  • Chapitre d’un manuel de sciences et technologie ou de sciences humaines (voir Description)
3e secondaire
  • Article de vulgarisation qui cherche à faire comprendre un fait, une situation, un phénomène (voir Description)
  • Résumé (voir Description)
3e secondaire
  • Exposé en dyade qui vise à faire comprendre un fait, une situation, un phénomène
4e secondaire
  • Texte d’analyse de journal ou d’un autre média (voir Description)
4e secondaire
  • Résumé (voir Description)
 
    5e secondaire
  • Écoute d’un reportage incluant une séquence explicative sur un fait, une situation, un phénomène (voir Description et Argumentation)

Les contenus d’apprentissage liés à l’explication

L’élève apprend à le faire avec l’intervention de l’enseignante ou de l’enseignant.

L’élève le fait par lui-même à la fin de l’année scolaire.

 

L’élève réutilise cette connaissance.

L : Lecture    É : Écriture    O : Communication orale

mot en petites capitales : Consultation requise de la section Ressources de la langue.

(P1; P2) : Référence au programme du 1er et du 2e cycle : lecture; écriture; communication orale; notions et concepts.

Secondaire
1er
cycle
2e
cycle
  1. Situation de communication
    (P2 : 43, 46, 49, 64, 67, 89, 94, 110-113)
1re 2e 3e 4e 5e
  • 1.1.    En lecture et en écoute (réception)
    Analyser la situation et en tenir compte
    1. Identifier l’énonciateur
      1. ses caractéristiques : sa connaissance du sujet, son expertise pour fournir une explication exacte
   
LO
   
      1. son point de vue
        • plutôt neutre (ex. : article de vulgarisation, explication dans un manuel, reportage, texte d’analyse)
        • une variété de langue standard
   
LO

L

O
        • des structures syntaxiques comme la phrase et la tournure impersonnelles, la construction avec le pronom on, la phrase de forme passive
   
LO
   
        • plutôt subjectif (reportage) modaliser 2
       
O
    1. Observer l’absence (article de vulgarisation, explication dans un manuel) ou, s’il y a lieu, repérer la présence (texte analytique, reportage) de marques énonciatives qui désignent l’énonciateurmodaliser 1.1
   
LO
   
    1. Se situer comme destinataire
      1. ses connaissances, son intérêt pour le sujet
   
LO
   
      1. son intention : comprendre un fait, une situation, un phénomène en s’informant sur ses causes et, éventuellement, sur ses conséquences pour apprendre, satisfaire sa curiosité, etc.
   
LO
   
  • 1.2.    En production écrite et orale
    Analyser la situation et en tenir compte
     
    1. Se situer comme énonciateur 
      1. sa connaissance du sujet
   
ÉO
   
      1. son intention
        • expliquer pour faire comprendre un fait, une situation, un phénomène en montrant ses causes et, éventuellement, ses conséquences (ex. : article de vulgarisation)
   
ÉO
   
        • expliquer pour étayer l’argumentation (ex. : texte d’opinion argumentée, lettre ouverte, débat)
     
É

ÉO
      1. son point de vue  plutôt neutre (ex. : article de vulgarisation, exposé, résumé)
        • une variété de langue standard
   
ÉO

É
 
        • des structures syntaxiques comme la phrase et la tournure impersonnelles, la construction avec le pronom on, la phrase de forme passive
   
ÉO
   
    1. Prendre en compte son destinataire et ses caractéristiques : son âge, sa connaissance du sujet, ses champs d’intérêt; son intention
   
ÉO
   
    1. Indiquer ou non par des marques énonciatives l’interaction entre soi-même comme énonciateur et son destinataire modaliser 1.2
   
ÉO
   
  • 1.3.   Prendre en considération le contexte de réception et de production
    1. Tenir compte du contexte de production de l’explication : date, lieu, support (ex. : Internet, journal, livre, revue, télévision)  
   
   
    1. Tenir compte des conditions de réalisation de la tâche (ex. : annotation des documents, documentation, prise de notes de lecture ou d’écoute, travail d’équipe)
   
LÉO
   
    1. Évaluer la crédibilité des sources écrites, sonores et visuelles selon leur origine (type de document, auteur connu ou non, fiable ou non, contenu vérifiable ou non)
   
LÉO
   
  1. Organisation d’un genre explicatif : façon dont se réalise la séquence explicative  
    (P2 : 46-48, 65-66, 69-71, 90-91, 96-97, 119)
1re 2e 3e 4e 5e
  • 2.1.   Comprendre ou donner, s’il y a lieu, un titre neutre ou évocateur, selon le genre 
    1. Observer l’absence assez fréquente de titre
   
   
  • 2.2.   Identifier ou introduire le sujet de l’explication
    1. Identifier le sujet présenté de différentes manières dans une introduction ou introduire le sujet en utilisant un des moyens suivants :
      1. une phrase qui suscite l’attention ou qui crée le contact; (ex. : Le chômage augmente au Canada depuis des années. Vous vous demandez pourquoi?)
   
LÉO
   
      1. le questionnement au sujet d’un fait inexpliqué, d’un phénomène qui pose problème : questionnement explicite ou implicite en pourquoi (ex. : Pourquoi l’acupuncture est-elle efficace?) ou par une question équivalente à un pourquoi (ex. : Comment naissent les aurores boréales? D’où viennent les microbes?)
   
LÉO
   
      1. la description de la réalité  qui pose problème
   
LÉO

L
 
      1. la constatation d’une conception inadéquate (incomplète, dépassée, fausse) ou justification du besoin d’explication
     
L
 
  • 2.3.    Reconnaître ou développer les éléments de l’explication en utilisant ses connaissances et sa documentation
    1. Déceler ou présenter la chaîne explicative 
      1. un plan par succession de causes – conséquences : a → b → c →d (ex. : séisme sous-marin → vague géante → inondations → pertes en vies humaines)
   
LÉO

L
 
      1. un plan par addition de causes avec une conséquence : a1, a2, a3 → b (ex. : mauvaises récoltes + chômage + crise politique → soulèvement populaire)
   
LÉO
   
    1. Reconnaître ou utiliser les moyens linguistiques qui expriment la cause et la conséquence
      1. le lexique indiquant la cause et la conséquence (ex. : l’origine, la source, le résultat, l’effet, entraîner, résulter) dont les marqueurs de relation (ex. : en effet, voilà pourquoi, aussi, si bien que)
   
LÉO
   
      1. le GVPart complément du nom (ex. : les études soutenant cette hypothèse)
   
L

 
      1. les phrases coordonnées ayant la même fonction, avec les coordonnants car, alors, donc, c’est-à-dire, etc. et ponctuation
   
LÉO
   
      1. la phrase subordonnée complément de P à valeur de cause, de conséquence, de but
        • sous une forme complète (ex. : cause : … parce que l’autobus n’arrive pas; conséquence : … si bien que la perte d’emplois a été massive)
   
LÉO
   
        • sous une forme réduite (ex. cause : L’autobus n’arrivant pas, je…; conséquence : … résultant en une perte d’emploi massive)
   
L

L
 
      1. la phrase subordonnée corrélative à valeur de conséquence et de comparaison
   
LÉO

L

ÉO
      1. la phrase subordonnée relative exprimant la cause (ex. : L’enfant que les parents abandonnent connaît souvent de graves difficultés.)
     
L
 
      1. la ponctuation : les deux-points qui servent à établir un rapport de causalité
   
   
    1. Interpréter ou employer des procédés d’explication 
      1. la définition des termes techniques ou scientifiques par l’emploi d’un générique et d’un spécifique, par exemple
   
LÉO
   
      1. la reformulation à l’aide de paraphrases, de synonymes introduits ou non par autrement dit, c’est-à-dire, etc.
   
LÉO
   
      1. l’exemple ou l’analogie pour rendre concret un raisonnement ou un élément d’explication
   
LÉO

L
 
      1. l’illustration (par des schémas, dessins, graphiques, avec légende) des renseignements nécessaires ou complémentaires
   
LÉO
   
      1. la comparaison par l’utilisation de termes comparatifs (ex. : autant que, comme, semblable), de verbes (ex. : ressembler, s’apparenter à), de figures (comparaison, métaphore), par l’emploi de la subordonnée de comparaison pour faire ressortir des ressemblances ou des différences entre deux phénomènes et par l’emploi de termes qui expriment la restriction (ex. : mais, excepté, sauf)
   
LÉO

L
 
    1. Apprécier ou rechercher la précision et l’exactitude des informations par la reconnaissance ou l’emploi des moyens suivants :
      1. l’utilisation d’un vocabulaire technique ou scientifique (mots de composition savante), de néologismes, de termes synthétiques nommer-caractériser 1.2; 3.1; 5.2
   
LÉO

L
 
      1. l’emploi de discours rapportés (citation et discours indirect) dont l’exactitude a été vérifiée introduire des dr
   
LÉO

L

O
      1. le recours à des sources écrites, sonores et visuelles en mentionnant leur origine de façon précise introduire des dr 4
   
LÉO
   
  • 2.4.   Dégager ou présenter la conclusion, s’il y a lieu
    1. Observer que la conclusion est généralement absente
   
   
    1. Reconnaître ou élaborer une réponse synthétique à la question à l’aide d’organisateurs textuels ayant une valeur de synthèse (en résumé, bref, finalement)
   
LÉO
 
O
  1. Cohérence et organisation du texte
    (P2 : 44, 47, 70-72, 95-97)
1re 2e 3e 4e 5e
  • 3.1.   Reconnaître ou utiliser des moyens textuels qui assurent la cohérence du texte   
    1. La reprise de l’information nommer-caractériser 5
   
LÉO
   
    1. L’harmonisation des temps verbaux autour du temps dominant (présent) situer dans le temps 3
   
LÉO
   
    1. La non-contradiction entre les éléments de l'explication
   
LÉO
   
  • 3.2.   Reconnaître ou utiliser les moyens qui marquent l’organisation du texte
    1. Le titre, s’il y a lieu
   
LÉO
   
    1. La division en paragraphes ou en parties à l’oral
   
LÉO
   
    1. Les organisateurs textuels :
      1. introduction d’un ordre (ex. : d’abord, ensuite, en dernier lieu), d’une hiérarchie (ex. : le point le plus important, déterminant, crucial; un aspect secondaire, complémentaire)
   
LÉO
   
      1. introduction d’exemples (ex. : comme, en particulier, prenons le cas de)
   
LÉO
   
      1. apport d’informations nouvelles (ex. : en outre, à ce sujet, sur le plan géographique)
   
LÉO
   
    1. Des moyens graphiques
      1. la mise en page (alinéas, disposition, espaces, numérotation) 
   
   
      1. les procédés typographiques (capitales, gras, italique, soulignements)
   
   
      1. les supports visuels (tableaux, schémas, graphiques, photos)
   
LÉO
   

Haut de page