Éthique et culture religieuse

Imprimer la section

Compétence 3 – Pratiquer le dialogue

Pour développer les compétences Réfléchir sur des questions éthiques et Manifester une compréhension du phénomène religieux, les élèves doivent poursuivre leur apprentissage relatif à la pratique du dialogue. À cette fin, ils approfondissent des connaissances acquises au primaire et s’en approprient de nouvelles relativement aux formes du dialogue, aux conditions qui le favorisent ainsi qu’aux moyens à utiliser pour élaborer et pour interroger un point de vue.

Le tableau qui suit présente des connaissances qui permettront aux élèves d’organiser leur pensée, d’interagir avec les autres et d’élaborer un point de vue étayé, lié à une réflexion éthique ou à la compréhension d’un aspect du phénomène religieux. C’est en réfléchissant sur une question éthique ou en cherchant à comprendre une expression du religieux qu’ils s’approprient les éléments de connaissance relatifs à la compétence Pratiquer le dialogue.

L’élève apprend à le faire avec l’intervention de l’enseignante ou de l’enseignant.

L’élève le fait par lui-même à la fin de l’année scolaire.

 

L’élève réutilise cette connaissance.

: Cet apprentissage est suggéré; il n’est pas prescrit dans le programme.

P : La lettre P indique que certaines notions liées à cet apprentissage ont été vues au primaire.

Primaire

Secondaire
1er
cycle
2e
cycle
  1. Des formes du dialogue1
  1re 2e 4e 5e
  1. Dire en ses mots ce qu’est une table ronde
     
  1. Utiliser en situation de dialogue
    1. la conversation, la discussion, la narration, la délibération, l’entrevue, le débat
P        
    1. la table ronde
     
  1. Des conditions favorables au dialogue2
  1re 2e 4e 5e
  1. Respecter des conditions favorables au dialogue
    1. respecter des règles de fonctionnement
P        
    1. exprimer ses idées correctement
P        
    1. respecter le droit de parole des autres
P        
    1. écouter attentivement les propos d’une personne pour en décoder le sens
P        
    1. toutes les autres pistes qui présentent des conditions favorables au dialogue Programme ECR secondaire p.48 (546)
P        
  1. Contribuer à établir des conditions favorables au dialogue
    1. proposer des règles de fonctionnement
P        
    1. proposer des façons de remédier aux tensions
P        
    1. apporter des nuances à ses propos et reconnaître celles apportées par les autres
P        
    1. accueillir différentes façons de penser
P        
    1. toutes les autres pistes qui présentent des conditions favorables au dialogue Programme ECR secondaire p.48 (546)
P        
  1. Des moyens pour élaborer un point de vue3
  1re 2e 4e 5e
  1. Dire en ses mots ce que sont la description, la comparaison, la synthèse, l’explication, la justification
P        
  1. Utiliser la description pour énumérer les caractéristiques du sujet traité4 (ex. : au 1er cycle, relativement à un récit, décrire le lieu où l’action se passe, les personnages, les événements importants; au 2e cycle, relativement à une expérience religieuse, décrire le lieu où l’expérience se vit, les sentiments ressentis par la personne, les gestes posés, les paroles dites, etc.)
P
  1. Utiliser la comparaison pour souligner des ressemblances et des différences entre les éléments du sujet traité (ex. : au 1er cycle, nommer deux différences entre la conception de la liberté chez un adolescent et un adulte; au 2e cycle, indiquer les points communs et les différences entre la vision de l’avenir de l’humanité de David Suzuki et d’Hubert Reeves)
P
  1. Utiliser la synthèse pour résumer de manière cohérente des éléments du sujet traité (ex. : au 1er cycle, résumer les apprentissages réalisés à propos des liens que l’on peut établir entre les récits, les rites et les règles des traditions religieuses; au 2e cycle, résumer la compréhension de différentes réponses données par les traditions religieuses à une question existentielle)
P
  1. Utiliser l’explication pour faire connaître ou faire comprendre le sens du sujet traité (ex. : au 1er cycle, l’ordre social est une entente faite par les membres d’un groupe à l’égard de normes à respecter et de valeurs à prioriser; au 2e cycle, l’ambivalence de l’être humain est un état d’être qui fait que l’humain est indécis entre deux options, car elles impliquent des valeurs aussi importantes l’une que l’autre)
P
  1. Utiliser la justification pour présenter de façon logique quelques raisons et idées qui fondent un point de vue (ex. : au 1er cycle, « J’estime que la liberté de chacun est limitée parce qu’il y a des règles, des codes de vie et des lois qui encadrent les conduites. »; au 2e cycle, « J’estime que le pèlerinage est une expérience religieuse, car le croyant y trouve un sens spirituel et s’engage personnellement, ce qui renforce sa foi. »)
P
  1. Des types de raisonnement5
  1re 2e 4e 5e
  1. Dire en ses mots ce que sont des raisonnements par induction, par déduction, par analogie, par hypothèse
     
  1. Reconnaître en situation de dialogue
    1. un raisonnement par induction (ex. : « Mon amie Marie étudie en écoutant de la musique et réussit très bien. Donc, écouter de la musique en étudiant favorise la réussite. »)
     
    1. un raisonnement par déduction (ex. : « Les sports d’équipe exigent une bonne forme physique. Donc, une personne qui pratique des sports d’équipe est en bonne forme physique. »)
     
    1. un raisonnement par analogie (ex. : « Je sais conduire mon vélo de façon sécuritaire en respectant le code de la route. Donc, je peux conduire un scooter. »)
     
    1. un raisonnement par hypothèse (ex. : « Les personnes qui font 30 minutes ou plus d’activité physique par jour ont une espérance de vie supérieure à la moyenne nationale. »)
     
  1. Interroger en situation de dialogue6
    1. un raisonnement par induction (ex. : « En quoi peut-on dire que ce qui est vrai pour une personne est vrai pour tous? »)
     
    1. un raisonnement par déduction (ex. : « Est-il possible qu’une personne qui pratique un sport d’équipe ne soit pas en bonne forme physique? »)
     
    1. un raisonnement par analogie (ex. : « Peux-tu nommer quelques différences importantes entre la conduite d’un vélo et celle d’un scooter? »)
     
    1. un raisonnement par hypothèse (ex. : « Cette hypothèse peut-elle être confirmée par une étude scientifique? »)
     
  1. Des moyens pour interroger un point de vue7
  1re 2e 4e 5e
  1. Des types de jugement
  • 1.1.   Dire en ses mots ce que sont un jugement de préférence, de prescription, de réalité, de valeur
P        
  • 1.2.   Reconnaitre en situation de dialogue
    1. un jugement de préférence (ex. : « Je préfère les normes imposées par mes parents aux normes imposées par les parents de mes amis. »)
P    
    1. un jugement de prescription (ex. : « Il faut respecter la liberté des autres. »)
P    
    1. un jugement de réalité (ex. : « La Bible raconte de nombreux récits et ces derniers ont donné naissance à des rites religieux. »)
P    
    1. un jugement de valeur (ex. : « L’ordre social est plus important que la liberté. »)
P    
  • 1.3.   Interroger en situation de dialogue8
    1. un jugement de préférence (ex. : « En quoi les normes imposées par tes parents sont-elles mieux que celles imposées par les parents de tes amis? »)
P
    1. un jugement de prescription (ex. : « Faut-il respecter la liberté de l’autre même lorsqu’elle brime ma liberté? »)
P
    1. un jugement de réalité (ex. : « Peux-tu me donner un exemple d’un récit qui a donné naissance à un rite? »)
P
    1. un jugement de valeur (ex. : « En quoi l’ordre social est-il plus important pour toi que la liberté? »)
P
  1. Des procédés susceptibles d’entraver le dialogue9
  • 2.1.   Dire en ses mots ce que sont
    1. une généralisation abusive, une attaque personnelle, un appel au clan, un appel à la popularité, un appel au préjugé, un appel au stéréotype, un argument d’autorité
P        
    1. une double faute, une caricature, un faux dilemme, une fausse causalité, une fausse analogie, une pente fatale, un complot
 
  • 2.2.   Reconnaître en situation de dialogue
    1. une généralisation abusive (ex. : « Tous les adolescents désobéissent à leurs parents. »)
P    
    1. une attaque personnelle (ex. : « Tu n’es vraiment pas assez intelligent pour trouver la solution. »)
P    
    1. un appel au clan (ex. : « Mon groupe d’amis affirme que la meilleure forme de justice est celle de l’équité, c’est donc vrai. »)
P    
    1. un appel à la popularité (ex. : « Ce modèle d’ordinateur est le plus vendu, c’est donc le plus performant. »)
P    
    1. un appel au préjugé (ex. : « Une personne handicapée ne pourra jamais être autonome. »)
P    
    1. un appel au stéréotype (ex. : « Les gars sont moins dépendants affectivement que les filles. »)
P    
    1. un argument d’autorité (ex. : « Je crois qu’il y a une vie après la mort, car un sociologue renommé l’a affirmé. »)
P    
    1. une double faute (ex. : « Tu es rentré beaucoup trop tard hier soir. » « Mais, papa, mon ami Samuel est rentré deux heures plus tard, lui! »)
 
    1. une caricature (ex. : « Pour sauver la planète, les écologistes considèrent qu’on doit s’habiller avec des plantes vertes. »)
 
    1. un faux dilemme (ex. : « Ou bien tu m’accordes mon permis de conduire, ou bien je ne participe plus aux tâches ménagères. »)
 
    1. une fausse causalité (ex. : « J’ai compté un but parce que je jouais avec un bâton de hockey autographié par mon idole. »)
 
    1. une fausse analogie (ex. : « Comme cet élève joue très bien de la guitare, il doit donc bien chanter. »)
 
    1. une pente fatale (ex. : « Si tu arrives encore en retard à ton cours, tu vas échouer à ton examen, tu n’auras pas ton diplôme d’études secondaires et tu ne trouveras jamais d’emploi. »)
 
    1. un complot (ex. : « On ne sauvera pas la planète, car les politiciens des pays riches se sont entendus sur la même priorité qui est de faire rouler l’économie. »)
 
  • 2.3.   Interroger en situation de dialogue10
    1. une généralisation abusive (ex. : « Sur quoi te bases-tu pour affirmer que tous les adolescents désobéissent à leurs parents? »)
P    
    1. une attaque personnelle (ex. : « Crois-tu vraiment que me traiter de la sorte va nous aider à trouver la solution? »)
P    
    1. un appel au clan (ex. : « Est-ce que toutes les affirmations faites par ton groupe d’amis sont vraies? »)
P    
    1. un appel à la popularité (ex. : « Le nombre d’ordinateurs vendus est-il vraiment garant de sa qualité? »)
P    
    1. un appel au préjugé (ex. : « Peux-tu me donner ta définition de l’autonomie? »)
P    
    1. un appel au stéréotype (ex. : « Sur quoi te bases-tu pour dire que les gars sont moins dépendants affectivement que les filles? »)
P    
    1. un argument d’autorité (ex. : « Peu importe ce qu’a dit le sociologue et quelle que soit sa réputation, qu’en penses-tu et quels sont tes arguments? »)
P    
    1. une double faute (ex. : « Si ton ami rentre chez lui à 19 heures, devras-tu en faire autant? »)
 
    1. une caricature (ex. : « Que ferons-nous en plein hiver? »)
 
    1. un faux dilemme (ex. : « Quel lien fais-tu entre le fait d’avoir ton permis de conduire et celui de participer aux tâches ménagères? »)
 
    1. une fausse causalité (ex. : « Est-ce que tous les joueurs qui comptent des buts ont un bâton autographié par leur idole? »)
 
    1. une fausse analogie (ex. : « Faut-il avoir les mêmes aptitudes pour jouer de la guitare et pour chanter? »)
 
    1. une pente fatale (ex. : « N’y a-t-il pas exagération dans ton raisonnement? Le fait d’arriver en retard à ce cours ne déterminera pas le reste de ma vie. »)
 
    1. un complot (ex. : « As-tu la preuve que les politiciens se sont entendus sur ce point? »)
 
1.  Programme Éthique et culture religieuse, secondaire, p. 48 (546).
2.  Programme Éthique et culture religieuse, secondaire, p. 48 (546).
3.  Programme Éthique et culture religieuse, secondaire, p. 49 (547).
4.  Le sujet traité fait référence à l’objet du dialogue, c’est-à-dire à la situation éthique ou à l’expression du religieux abordée en classe.
5.  Programme Éthique et culture religieuse, secondaire, p. 54 (552).
6.  Les exemples donnés ci-dessous sont en lien avec les exemples donnés au point 2.
7.  Programme Éthique et culture religieuse, secondaire, p. 50 (548).
8.  Les exemples donnés ci-dessous sont en lien avec les exemples donnés au point 1.2.
9.  Programme Éthique et culture religieuse, secondaire, p. 52 (550).
10.  Les exemples donnés ci-dessous sont en lien avec les exemples donnés au point 2.2.

Haut de page