Arts plastiques

Imprimer la section

Utilisation des connaissances

Compétence 3
1er cycle : Apprécier des œuvres d’art et des objets du patrimoine artistique, des images personnelles et des images médiatiques
2e cycle : Apprécier des images

Compétence 1 – Créer des images personnelles
Compétence 2 – Créer des images médiatiques

2e cycle : Programme obligatoire
2e cycle : Programme optionnel Arts plastiques
2e cycle : Programme optionnel Arts plastiques et multimédia

L’élève apprend à le faire avec l’intervention de l’enseignante ou de l’enseignant.

L’élève le fait par lui-même à la fin de l’année scolaire.

 

L’élève réutilise cette connaissance.

P : La lettre P correspond à certaines connaissances du programme d’arts plastiques du primaire qui doivent être approfondies ou mises en application au 1er cycle du secondaire.

Primaire

Secondaire
1er
cycle
2e
cycle
  1. Analyser une œuvre ou une réalisation (1er cycle)
    Analyser une image (2e cycle)
  1re 2e 3e 4e 5e
    1. Observer des éléments disciplinaires à partir de réalisations d’élèves, d’œuvres d’hier et d’aujourd’hui, d’ici ou d’ailleurs
P          
    1. Relever les éléments représentés provenant de différents mouvements et périodes artistiques (ex. : portrait, autoportrait, paysage, nature morte, scène)
       
    1. Faire des liens entre les éléments représentés et les aspects historiques et socioculturels présents dans l’œuvre (ex. : la sculpture d’un athlète de la Grèce antique, les jeux d’enfants dans une scène urbaine, une affiche qui invite les jeunes à s’enrôler à l’époque de la guerre de 1939-1945)
       
    1. Faire des liens entre les éléments représentés, les aspects historiques et socioculturels et la dimension symbolique
      (ex. : des scènes de portage et de chasse, les cabanes à sucre et les glissades de toboggan, la forme et la couleur d’un panneau de signalisation)
     
    1. Faire des liens entre les éléments représentés, les aspects historiques et socioculturels et la dimension symbolique
      (ex. : des personnages dans un film muet, une vidéo interactive interpellant le spectateur, une combinaison d’une projection d’images fixes et d’une bande sonore en boucle citant les vers d’un poète dans une installation)
     
    1. Situer l’image dans son contexte de réalisation au regard des éléments de contenu et de l’information recueillie, à partir de différentes sources, sur les périodes et mouvements artistiques (ex. : les peintures rupestres de la préhistoire, les fresques de l’Égypte ancienne, l’architecture du Québec d’autrefois, l’expressivité de l’art de la rue)
       
    1. Situer l’image spatiotemporelle dans son contexte de réalisation au regard des éléments de contenu et de l’information recueillie à partir de différentes sources
      (ex. : une affiche pour annoncer un produit de consommation, une photo de presse pour informer, une vidéo pour promouvoir un produit, un vidéoclip pour divertir)
     
  1. Langage plastique et langage multimédia (éléments)
    1. Repérer les éléments du langage plastique qui se rapportent aux critères d’appréciation proposés
P          
    1. Relever les éléments du langage plastique (ex. : couleurs primaires, lignes droites et formes épurées dans une œuvre abstraite)
       
    1. Différencier les éléments du langage plastique qui composent les formes figuratives et non figuratives (ex. : couleurs vives et contrastes chez les Fauves; netteté de la ligne et pureté de la couleur chez les Plasticiens)
       
    1. Comparer les éléments du langage plastique utilisés dans l’image (ex. : organisation de l’espace dans les œuvres in situ; représentation de l’espace dans les œuvres de la Renaissance)
     
    1. Comparer les éléments du langage plastique et du langage multimédia utlilisés dans l’image (ex. : la couleur pigmentaire dans une peinture et la couleur lumière dans une image virtuelle)
     
    1. Repérer les effets visuels obtenus par l’utilisation des éléments du langage plastique
P          
    1. Relever les effets visuels découlant du traitement des éléments du langage plastique (ex. : la texture obtenue par la répétition de courtes lignes; la répétition de taches pour créer des valeurs ou un dégradé de tons)
       
    1. Différencier les effets visuels découlant du traitement des éléments du langage plastique (ex. : le rythme par la répétition de formes; la valeur par la superposition de lignes droites et obliques)
       
    1. Comparer les effets visuels découlant du traitement des éléments du langage plastique (ex. : un dégradé de couleurs, le mouvement créé par des lignes courbes, le motif découlant de l’alternance de formes)
     
    1. Comparer les effets visuels et symboliques découlant du traitement des éléments du langage plastique et du choix de codes visuels (ex. : choix de formes et de couleurs qui caractérisent l’art d’un peuple [tartans écossais, tatouages maoris, ceinture fléchée])
       
    1. Comparer les caractéristiques des effets visuels découlant du traitement des éléments du langage plastique et du langage multimédia (ex. : utilisation de couleurs complémentaires pour créer un contraste, utilisation d’un accéléré d’images pour créer du mouvement ou une émotion, intégration d’un dispositif vidéo dans une performance)
     
  1. Langage plastique et langage multimédia (espace)
    1. Repérer l’organisation des éléments dans un espace en deux et en trois dimensions
P          
    1. Relever des façons d’organiser les éléments dans l’espace bidimensionnel ou tridimensionnel : énumération, juxtaposition, répétition, alternance, superposition, symétrie et asymétrie (ex. : alternance d’éléments pour créer un rythme, les dimensions des formes pour mettre ses éléments en évidence)
       
    1. Différencier des façons d’organiser les éléments dans l’espace bidimensionnel ou tridimensionnel (ex. : éléments placés en symétrie pour équilibrer l’espace; en sculpture, volumes tenant en équilibre à la verticale ou à l’horizontale)
       
    1. Comparer l’organisation des éléments dans l’espace bidimensionnel ou tridimensionnel de l’image analysée à celle d’autres images (ex. : la qualité des lignes, la superposition de formes ou de volumes, le dynamisme de l’organisation de l’espace)
     
    1. Comparer l’organisation des éléments dans l’espace bidimensionnel, tridimensionnel ou virtuel de l’image analysée à celle d’autres images (ex. : disposition des éléments dans une peinture, une vidéo ou une installation)
     
    1. Repérer la représentation de l’espace dans des réalisations en deux dimensions : perspective avec chevauchement
P          
    1. Relever les modes de représentation de l’espace, y compris la perspective avec chevauchement et la perspective en diminution (ex. : superposition de formes pour créer une perspective avec chevauchement, variation de la grosseur des éléments en fonction de leur éloignement)
       
    1. Relever les modes de représentation de l’espace et plus particulièrement la perspective cavalière (ex. : représentation d’un volume par des lignes parallèles)
       
    1. Relever les modes de représentation de l’espace, y compris la perspective aérienne (ex. : du premier plan précis et foncé et au dernier plan floue et pâle) et la perspective avec un ou plusieurs points de fuite (ex. : la représentation d’une rue, d’une rivière, d’un sentier)
     
  1. Gestes transformateurs
    1. Observer les traces de gestes utilisés pour réaliser l’image
P          
    1. Relever les façons de créer des traces gestuelles à partir de différents matériaux et outils (ex. : les tracés expressifs au pinceau dans les œuvres japonaises, l'application de la peinture à la spatule dans les œuvres de certains peintres automatistes, l’assemblage d’objets hétéroclites dans des œuvres du mouvement dadaïste)
       
    1. Différencier les façons de créer des traces gestuelles à partir de différents matériaux et outils (ex. : les mouvements obtenus avec de la gouache et un pinceau sec ou mouillé, le raffinement des gestes des peintres de la Renaissance, les gestes dynamiques du mouvement abstrait américain)
       
    1. Comparer les traces visuelles laissées par différents matériaux et outils traditionnels et technologiques (ex. : les lignes gravées dans l’argile des masques phéniciens, les encoches laissées par le ciseau sur un bas relief en bois)
     
    1. Comparer les traces visuelles laissées par l’utilisation de moyens et d’outils technologiques et de matériaux et outils traditionnels (ex. : dans l’art actuel, l’utilisation de textes et de photocopies, l’intégration d’éléments sonores, l’enregistrement en direct d’une performance)
     
  1. Interpréter le sens de l’œuvre ou de la réalisation (1er cycle)
    Construire son interprétation de l’image (2e cycle)
  1re 2e 3e 4e 5e
    1. Expliquer la raison pour laquelle cet élément a suscité une réaction
P          
    1. Faire des liens entre les éléments observés et la signification qui s’en dégage (ex. : les contrastes de couleurs qui peuvent produire un effet dramatique, une scène de la vie des premiers explorateurs qui permet de comprendre leur misère)
       
    1. Faire des liens entre les éléments observés, la signification perçue et l’information recueillie sur des périodes et des mouvements artistiques (ex. : information sur les rites funéraires de l’Égypte ancienne, sur la fonction des sarcophages et la symbolique de leurs ornements décoratifs; information sur l’influence du Refus global sur la démarche des artistes québécois de cette époque)
       
    1. Faire des liens entre les éléments observés, la signification perçue et l’information recueillie sur les caractéristiques des périodes et des mouvements artistiques (ex. : l’utilisation de contrastes de couleurs pour attirer le regard sur un élément en particulier, les couleurs dans des blasons pour signifier l’appartenance à une famille)
     
    1. Faire des liens entre les éléments observés, la signification perçue et l’information recueillie sur les œuvres provenant de certaines périodes et mouvements artistiques, et la fonction de symbolisation de l’image (ex. : un haut contraste qui crée une opposition, la transparence qui traduit l’éphémère, l’exploitation des motifs dans l’art islamique, l’univers insolite et poétique des surréalistes, la forme et les couleurs de panneaux routiers)
     
  1. Porter un jugement d’ordre critique ou esthétique
  1re 2e 3e 4e 5e
    1. Utiliser le vocabulaire disciplinaire
P          
    1. Utiliser le vocabulaire disciplinaire selon la terminologie prescrite dans ce programme
       
    1. Utiliser le vocabulaire disciplinaire selon la terminologie prescrite dans chacun des programmes
       
    1. Justifier son point de vue à partir de ses observations
P          
    1. Justifier son point de vue à partir de ses observations et de l’information recueillie (ex. : gestes utilisés par l’artiste, impact des couleurs dans une image médiatique, caractéristiques de la période dans laquelle l’œuvre a été créée)
       
    1. Justifier son point de vue à partir de l’information recueillie du contenu de l’image, du sens perçu et des critères d’appréciation ciblés, et des recherches effectuées
       
    1. Comparer son point de vue à celui d’autres personnes (ex. : la symbolique des formes dans un totem amérindien, la symbolique des couleurs chez les Fauves, la symbolique des lignes dans une image médiatique)
     
  1. Rendre compte de son expérience d’appréciation
  1re 2e 3e 4e 5e
    1. Utiliser le vocabulaire disciplinaire
P          
    1. Utiliser le vocabulaire disciplinaire selon la terminologie prescrite dans ce programme
       
    1. Utiliser le vocabulaire disciplinaire selon la terminologie prescrite dans chacun des programmes
       
    1. Décrire les aspects importants liés à l’appréciation des gestes transformateurs et des éléments du langage plastique
P          
    1. Décrire des aspects de son expérience liés à la démarche d’appréciation et plus particulièrement aux stratégies utilisées (ex. : habileté à réfléchir et à créer des liens, capacité de repérer les éléments expressifs, capacité d’observer avec acuité)
       
    1. Décrire des aspects de son expérience liés à la démarche d’appréciation et aux stratégies utilisées (ex. : reconnaître les apprentissages réalisés, se centrer sur la tâche, faire de l’observation active, adopter des attitudes positives)
       
    1. Relever les éléments à réinvestir qui ont contribué à l’élaboration de l’appréciation (ex. : exploitation de différentes sources d’information, méthode de consignation)
     

Compétence 1 – Créer des images personnelles
Compétence 2 – Créer des images médiatiques

Haut de page