This page is not translated in english.

Nearest parent page translated

Imprimer la section

Français, langue d’enseignement

Compétence Communiquer oralement

Connaissances et stratégies

L’élève apprend à le faire avec l’intervention de l’enseignante ou de l’enseignant.

L’élève le fait par lui-même à la fin de l’année scolaire.

 

L’élève réutilise cette connaissance.

Primaire
1er
cycle
2e
cycle
3e
cycle
  1. CONNAISSANCES 
1re 2e 3e 4e 5e 6e
  1. Situations d’interaction en communication orale 
    1. Reconnaître les éléments d’une situation d’interaction
      1. l’intention, le locuteur/l’interlocuteur, le contexte
     
      1. la prise de parole et l’écoute
   
    1. Observer la diversité des intentions de prise de parole et d’écoute
      1. mise en valeur d’un texte littéraire ou courant (ex. : effets créés par les variations de volume, de rythme, d’intonation)
        • raconter ou se faire raconter une histoire ou un événement
       
        • lire à haute voix1 ou se faire lire un texte littéraire ou courant
       
        • réciter ou se faire réciter un court texte appris
     
      1. incitation à agir ou accueil d’instructions (ex. : conseils, consignes, démarche prescrite, ordres, règlements)
     
      1. information donnée ou reçue à propos d’un sujet exploré (ex. : détails, précisions, énumérations, éléments visuels)
     
      1. justification des propos ou acceptation des justifications des autres (ex. : explications, clarifications, preuves, conclusion avec donc)
   
      1. proposition ou prise en compte d’arguments (ex. : arguments gradués, exemples, exagérations, mise en images)
   
    1. Observer la diversité des interlocuteurs
      1. connu/inconnu, familier/non familier
       
      1. un/plusieurs, du même âge/plus jeunes/plus vieux
   
      1. statut social différent
     
      1. d’ici/d’ailleurs
   
    1. Observer la diversité des contextes2 de communication
      1. causerie, discussion collective, entretien, etc.
       
      1. cercle de lecture, discussion en sous-groupe, etc.
     
      1. entrevue, mini-débat, etc.
   
  1. Particularités de la prise de parole spontanée ou préparée (en relation avec l’écoute)
    1. Observer la façon dont l’intention est prise en compte
      1. choix d’une intention de prise de parole
       
      1. respect de l’intention
   
    1. Observer la façon dont on tient compte des interlocuteurs
      1. attention à l’effet produit par les idées émises (ex. : mots d’encouragement, gestes, sons paraverbaux3)
       
      1. ajout d’éléments ou de précisions en fonction des réactions
     
      1. ajustement des propos selon le destinataire
   
      1. reformulation4 en fonction des réactions obtenues
   
    1. Observer la façon dont le ou les locuteurs s’adaptent au contexte
      1. ajustement des propos selon les modalités retenues (ex. : audio/vidéo/visio5, public/privé, direct/différé, formel/informel)
     
      1. intervention au moment approprié (ex. : à tour de rôle, en alternance, sur demande, à-propos)
   
      1. engagement dans l’échange selon le contexte privilégié (ex. : causerie, conversation, discussion, table ronde, jeu de rôle)
    1. Observer le contenu et la façon dont il est organisé
      1. choix des idées
        • pertinence
   
        • suffisance
   
      1. organisation des idées
        • enchaînement des propos avec ce qui précède
     
        • ajout d’idées nouvelles pour faire avancer le propos
   
        • reprise d’idées émises (ex. : adhésion, rejet)
   
    1. Observer la manière de dire quelque chose
      1. différences entre la langue orale et la langue écrite
       
      1. différences entre les registres de langue (familier, standard, soutenu6)
        • familier et standard
     
        • standard et soutenu
   
      1. choix du vocabulaire
        • effet, sur les interlocuteurs, du vocabulaire utilisé
   
        • richesse du vocabulaire (variété, justesse ou précision des mots, présence d’expressions figées7)
   
        • créativité lexicale (présence de néologismes ou de mots inventés)
   
      1. perception des marques de l’oralité
        • liaisons souhaitables (ex. : les élèves, un enfant)
     
        • marqueurs de relation (ex. : et, puis)
     
        • variations audibles du genre et du nombre (ex. : heureux/heureuse, cheval/chevaux)
   
        • emploi de l’auxiliaire approprié (ex. : je suis resté, je suis allé)
   
        • participe passé des verbes fréquents (ex. : entendu, répondu)
   
      1. choix des éléments prosodiques
        • prononciation
       
        • volume
     
        • rythme et débit
     
        • intonation (changement et variation)
   
  1. Particularités de l’écoute spontanée ou préparée (en relation avec la prise de parole)
    1. Observer comment se fait la préparation à l’écoute
      1. précision d’une intention
     
      1. questions préalables
     
      1. plan d’écoute
     
    1. Observer diverses manifestations verbales, paraverbales et non verbales de l’écoute
      1. accueil des idées exprimées (ex. : position du corps, regard dirigé, gestes d’ouverture, mimiques)
       
      1. soutien donné au locuteur (ex. : sons, mots d’encouragement, questions)
     
      1. réception active (ex. : répétition, reformulation, reflet)
   
    1. Observer la façon de s’adapter au contexte d’écoute
      1. conduites sociales adéquates (ex. : attente, silence, geste, son)
       
      1. écoute attentive selon la formule retenue (ex. : causerie, conversation, discussion, table ronde, jeu de rôle)
   
      1. comportements appropriés selon la modalité retenue (ex. : audio/vidéo/visio, public/privé, direct/différé, formel/informel)
   
    1. Observer différents types de réactions à l’égard du contenu
      1. expression de sa compréhension/son interprétation
   
      1. interventions à la suite de bris de compréhension (ex. : questions ou demandes de clarification)
   
      1. établissement de liens entre les propos entendus (ex. : prise de notes, schéma, croquis, plan)
   
      1. intégration des idées (ex. : rappel, reformulation, commentaire)
     
    1. Observer différents types de réactions à la manière de dire quelque chose
      1. perception des bris de communication8
     
      1. perception des facilitateurs de communication
     
      1. identification d’éléments qui nuisent à la communication ou qui la facilitent
        • registre de langue privilégié (familier, standard, soutenu)
     
        • vocabulaire utilisé (ex. : connu/inconnu, précis/imprécis)
     
        • formulations employées (ex. : familières ou recherchées)
     
        • prosodie choisie (ex. : prononciation, intonation, débit, vitesse)
     
  1. STRATÉGIES
1re 2e 3e 4e 5e 6e
  1. Au moment de la prise de parole spontanée ou préparée (en relation avec l’écoute)
    1. Stratégies d’exploration
      1. Suivre les règles convenues selon la situation de communication
        • demander la parole
       
        • parler à tour de rôle
   
        • s’exprimer au bon moment
   
      1. Dire tout ce qui semble lié au sujet
        • évoquer ce que l’on connaît
       
        • oser proposer des idées nouvelles
     
        • pousser plus loin les idées émises
     
      1. Chercher à préciser sa pensée
        • recourir au paraverbal et à l’intonation pour compléter ses propos
       
        • expliciter ses idées, apporter des exemples, évoquer des faits
     
        • confronter les idées entre elles
     
      1. Recourir à des objets, des illustrations et des gestes pour appuyer ses paroles
        • se servir de divers objets
       
        • diversifier les supports (ex. : illustrations, schémas)
     
        • choisir ses gestes et ses mouvements
   
      1. Expérimenter l’emploi de nouveaux mots ou de nouvelles expressions
        • ayant émergé en classe
       
        • issus d’œuvres de littérature jeunesse
     
        • provenant des autres disciplines scolaires
   
      1. Essayer diverses formulations
        • effectuer des tentatives même s’il peut y avoir des répétitions, des maladresses, des hésitations
       
        • accepter d’utiliser provisoirement un vocabulaire approximatif ou le même mot pour exprimer diverses choses
     
        • oser s’exprimer en dépit des maladresses syntaxiques
   
    1. Stratégies de partage
      1. Clarifier ses propos ou ses réactions
        • appuyer ses propos et ses réactions (ex. : exemples, faits, témoignages)
   
        • apporter des nuances ou des précisions
   
        • faire des liens entre ses idées
   
      1. Questionner ses interlocuteurs
        • trouver des questions possibles
   
        • formuler des questions
   
        • diversifier ses questions
   
      1. Adapter sa manière de dire quelque chose à ses interlocuteurs
        • choisir des mots appropriés
   
        • construire ses énoncés de façon appropriée
   
        • choisir un registre de langue approprié
   
      1. Revenir au sujet lorsqu’on s’éloigne
        • constater que l’on s’éloigne du sujet
   
        • rappeler ce qui a été dit pour recentrer le sujet
 
      1. Soutenir ou valoriser les propos d’autrui
        • acquiescer (ex. : mimique, sourire, signe de tête)
     
        • prononcer des mots ou émettre des sons d’encouragement
   
        • recourir à des gestes d’appui
 
      1. Recourir à des éléments prosodiques pour appuyer ses propos
        • prononcer clairement
       
        • ajuster le volume de sa voix
     
        • adopter un débit compréhensible
     
        • choisir son intonation
     
      1. Ajuster ses paroles en cas de bris de communication (autorégulation)
        • chercher à susciter l’intérêt
     
        • expliquer ou expliciter son propos
   
        • reformuler (dire autrement)
     
  1. Au moment de l’écoute spontanée ou préparée (en relation avec la prise de parole)
    1. Stratégies d’écoute
      1. Adopter une attitude d’ouverture
        • exprimer verbalement son accueil
       
        • recourir au langage non verbal (ex. : mimique, sourire, geste d’encouragement)
     
      1. Prendre une posture d’écoute
        • se préparer à l’écoute (ex. : intention d’écoute, connaissances antérieures)
       
        • recourir à des conduites qui favorisent la communication (ex. : attente, silence, geste)
     
        • porter attention au langage non verbal des autres (ex. : regard dirigé)
   
        • explorer des moyens pour organiser et retenir l’information
 
      1. Utiliser le langage non verbal pour démontrer
        • son intérêt ou son manque d’intérêt
       
        • son accord ou son désaccord
     
        • sa compréhension ou son incompréhension
 
      1. Interpréter le langage non verbal (ex. : signes d’intérêt ou de désintérêt)
      1. Témoigner de son écoute
        • faire écho, répéter
     
        • reformuler ce qui a été dit
   
        • refléter le sentiment perçu (ex. : joie, peine, peur, inquiétude)
   
      1. Déduire le sens des expressions ou des mots nouveaux à partir du contexte
        • se servir d’éléments visuels (ex. : geste, image, schéma)
     
        • recourir à ses connaissances personnelles
     
        • tenir compte de ce qui précède ou de ce qui suit
     
      1. Vérifier sa compréhension des propos entendus
        • se demander si l’on a bien compris
     
        • dire ce que l’on a compris ou ce que l’on n’a pas saisi
   
        • s’assurer de la justesse de sa compréhension (ex. : question, reformulation)
     
      1. Dégager des liens entre les propos échangés
        • regrouper ce qui a été dit
   
        • enchaîner des propos sur ceux des autres
   
  1. Au moment des retours réflexifs vécus à différentes étapes
    1. Stratégies d’évaluation
      1. Réfléchir à la qualité de son écoute et de ses interventions
        • se questionner sur l’effet produit par ses gestes et ses paroles
       
        • se questionner sur la pertinence de ses interventions
     
        • se questionner sur la suffisance et l’organisation de ses idées
     
        • se questionner sur la qualité de son écoute
   
      1. Effectuer un retour sur l’ensemble de la situation de communication
        • se demander si l’intention de communication a été respectée
       
        • expliciter les stratégies utilisées (prise de parole et écoute)
     
        • choisir de nouvelles stratégies à adopter (ex. : en s’inspirant de celles utilisées par les pairs)
     
        • trouver des défis raisonnables à relever
   
      1. Relever des éléments moins réussis de sa communication (métacommunication)
        • cerner ce qui n’a pas été bien saisi (bris de communication)
     
        • nuancer les propos énoncés (ex. : précisions, reformulations, ajouts)
     
        • commenter les blocages survenus
     
        • réfléchir à des facilitateurs de communication
     
      1. Gérer son anxiété (ex. : trac, timidité, pensées négatives)
        • respirer, se détendre
   
        • préparer sa prise de parole
   
        • se donner le droit à l’erreur, dédramatiser
   
        • se visualiser en situation de prise de parole, se voir réussir
     

Utilisation des connaissances et stratégies en appréciation

1.  Alors que la lecture se fait en général pour soi-même et silencieusement, il existe des moments où il est pertinent d'oraliser : dire à voix haute (un texte lu ou appris).  Il peut s’agir, par exemple, de mettre en valeur pour autrui ou pour un auditoire un texte qu’on a écrit, un passage qu’on a aimé dans un roman, une lettre qu’on a reçue ou encore un article de revue, un album, un conte ou un poème. Même si cette activité d'oralisation sous-tend un acte de lecture préalable, elle se déroule dans le cadre d'une situation de communication orale.
2.  Les contextes doivent convenir à l’âge des locuteurs et tenir compte des sujets traités. Des exemples sont suggérés pour chacun des cycles, ce qui n’exclut pas la possibilité de recourir à d’autres contextes, peu importe le cycle.
3.  Les manifestations non verbales empruntent le canal visuel  alors que les manifestations paraverbales empruntent le canal auditif.
4.  La reformulation se distingue de la répétition puisqu’il s’agit de dire la même chose autrement.
5.  Le terme « visio » s'applique aux  communications électroniques où il est possible de se voir (ex. : visioconférence, clavardage avec webcaméra, etc.).
6.  Le registre familier correspond à la langue de tous les jours (ex. : entre pairs, dans la cour de récréation). Le registre standard correspond au français normalisé habituel et courant. Le registre soutenu correspond à un français soigné et recherché.
7.  Expressions figées: expressions toutes faites, souvent régionales (ex. : donner sa langue au chat, perdre le nord).
8.  Bris de communication: perte de compréhension, distraction, manque d’intérêt, etc.

Haut de page