This page is not translated in english.

Nearest parent page translated

Print section

Français, langue seconde (Programme de base)

Conventions de communication orale ou écrite

Lorsque l’enfant arrive au primaire, il a déjà certaines connaissances sociolinguistiques. Par exemple, il sait comment saluer poliment ses interlocuteurs, comment les remercier ou quand prendre la parole. Avec de l’aide, il réinvestira ces acquis en français.

Pour apprendre le français, les élèves doivent également acquérir des connaissances ayant trait à la prosodie, à la phonétique et à l’orthographe propres à cette langue. Peu à peu, ils développent leur conscience phonologique1, se familiarisent avec les réalités sonores de la langue et améliorent leur prononciation et leur articulation. Par ailleurs, ils découvrent le système orthographique, et plus particulièrement ses régularités. Ainsi, ils apprennent à écrire correctement les mots auxquels ils sont le plus fréquemment exposés.

Le tableau qui suit présente les connaissances nécessaires pour mieux comprendre et utiliser les conventions essentielles à une bonne communication, tant à l’oral qu’à l’écrit.

 

Conventions de communication orale ou écrite

L’élève apprend à le faire avec l’intervention de l’enseignante ou de l’enseignant.

L’élève le fait par lui-même à la fin de l’année scolaire.

 

L’élève réutilise cette connaissance.

Primaire
1er
cycle
2e
cycle
3e
cycle
  1. Éléments gestuels et non verbaux
1re 2e 3e 4e 5e 6e
  1. Observer le langage non verbal d’un locuteur ou de son interlocuteur pour comprendre le message (ex. : les gestes, les mimiques, les expressions faciales)
       
  1. Interpréter le langage non verbal pour réagir à un message
   
  1. Utiliser le langage non verbal pour illustrer ses propos
   
  1. Reconnaître l’importance du contact visuel
    1. avec son interlocuteur
       
    1. avec son auditoire
   
  1. Maintenir le contact visuel avec son interlocuteur ou son auditoire
  1. Éléments prosodiques
1re 2e 3e 4e 5e 6e
  1. Répéter des mots, des comptines, des chansons et des expressions connus pour développer son aisance à prononcer
       
  1. Observer et reconnaître des éléments prosodiques employés en contexte (ex. : l’intonation, le débit, le rythme, le volume de la voix, l’articulation)
   
  1. Reproduire certains éléments prosodiques (ex. : la récitation d’une série de mots en respectant le rythme, la répétition de courtes phrases en changeant l’intonation)
   
  1. Produire un message en respectant certaines règles prosodiques (ex. : le débit, le volume de la voix)
 
  1. Recourir à des éléments prosodiques pour rendre son message plus expressif (ex. : l’intonation)
     
  1. Observer et reconnaître les liaisons (ex. : les amis, des enfants)
     
  1. Orthographe d’usage
1re 2e 3e 4e 5e 6e
  1. Mémoriser et réciter l’alphabet
         
  1. Repérer les lettres minuscules et majuscules de l’alphabet
       
  1. Nommer les lettres minuscules et majuscules de l’alphabet
       
  1. Nommer les voyelles et les consonnes
       
  1. Reconnaître globalement à l’écrit une expression ou un mot appris
       
  1. Observer la correspondance phonème-graphème2 dans les mots appris (ex. : /s/ comme dans ssssapin, /m/ comme dans mmmmaison)
       
  1. Produire les phonèmes correspondant à chacune des lettres de l’alphabet dans les mots appris (ex. : la lettre c se prononce /k/ dans carotte)
   
  1. Produire les graphèmes correspondant aux phonèmes dans les mots appris (ex. : le phonème /o/ s’écrit « eau » dans beau)
   
  1. Observer et reconnaître des similitudes et des différences dans la représentation phonémique ou graphique de mots connus (ex. : assonance, rime)
   
  1. Observer et reconnaître certaines particularités phonétiques (ex. : /e/ muet comme dans vache, /R/ sonore comme dans rouge, /y/ comparé à /u/ comme dans bulle et boule)
  1. Observer l’orthographe des mots fréquemment utilisés en classe
  1. Orthographier correctement un répertoire de mots fréquemment utilisés en classe
  1. Utiliser des stratégies pour l’acquisition de l’orthographe d’usage
    1. formuler des hypothèses sur l’orthographe d’un mot (ex. : association graphophonétique)
    1. utiliser des techniques de mémorisation (ex. : segmenter en syllabes, visualiser un mot, copier des mots)
  1. Signes graphiques
1re 2e 3e 4e 5e 6e
  1. Observer et reconnaître l’accent aigu, l’accent grave, l’accent circonflexe, la cédille, le tréma et le trait d'union dans un mot appris
   
  1. Prononcer correctement des mots contenant un accent aigu, un accent grave, un accent circonflexe, une cédille et un tréma
  1. Utiliser à l’écrit les accents, le tréma et la cédille dans les mots appris
   
  1. Observer et reconnaître l’utilisation de l’apostrophe dans l’élision (ex. : l’école, l’ami)
   
  1. Utiliser l’apostrophe dans l’élision avec les mots appris en classe
     
  1. Observer et reconnaître la ponctuation et la majuscule dans les modèles de phrases proposés par l’enseignant
    1. la majuscule en début de phrase et le point final
     
    1. le point d’interrogation et le point d’exclamation
   
    1. la virgule dans les énumérations
   
    1. les guillemets ou le tiret
   
  1. Utiliser la ponctuation propre au type de phrase enseigné
  1. Associer des signes de ponctuation à une pause (virgule et point) ou à une intonation (point d’interrogation et d’exclamation) lors d’une lecture à voix haute
   
1.  La conscience phonologique fait référence à la connaissance consciente et explicite que les mots du langage sont formés d’unités plus petites, soit les syllabes et les phonèmes. Rappelons que le phonème est la plus petite unité de la langue orale correspondant à un son qui permet de distinguer des mots entre eux; il n’est pas porteur de sens en lui-même (ex. : /b//o/ = beau, /p//o/ = peau).
2.  La correspondance graphophonétique amène la capacité de traduire un son par un graphème, c’est-à-dire une lettre ou un groupe de lettres correspondant à un phonème (ex. : o, ô, au, eau pour le son /o/).

Haut de page