Imprimer la section

Éthique et culture religieuse

Compétence 1 : Réfléchir sur des questions éthiques

Au primaire, l’apprentissage de la réflexion éthique se fait à partir de situations simples et familières. Les élèves sont invités à réfléchir sur des sujets qui touchent, par exemple, les besoins des êtres vivants, les avantages et les désavantages de la vie de groupe et les exigences de la vie en société. D’un cycle à l’autre, ils réinvestissent leurs connaissances et développent leur compétence à réfléchir sur des questions éthiques.

Les tableaux qui suivent apportent des précisions sur les connaissances à acquérir relativement à chaque thème prescrit du volet « éthique ». Les élèves s’approprient ces connaissances afin de cerner une situation d’un point de vue éthique, d’examiner quelques repères qui supportent et enrichissent leur réflexion et d’évaluer différentes options ou actions possibles. Ces connaissances sont abordées dans des situations d’apprentissage et d’évaluation qui intègrent la pratique du dialogue tout en proposant des contextes de plus en plus complexes au cours du cycle et d’un cycle à l’autre.

Compétence 2 : Manifester une compréhension du phénomène religieux
Compétence 3 : Pratiquer le dialogue

Connaissances liées aux thèmes en éthique

L’élève apprend à le faire avec l’intervention de l’enseignante ou de l’enseignant.

L’élève le fait par lui-même à la fin de l’année scolaire.

 

L’élève réutilise cette connaissance.

Primaire
1er
cycle
2e
cycle
3e
cycle
  1. Les besoins des êtres humains et d’autres êtres vivants1
1re 2e 3e 4e 5e 6e
  1. Nommer des éléments qui contribuent au caractère unique de chaque être humain
    (ex. : histoire personnelle, goûts, talents, traits physiques)
       
  1. Nommer des besoins communs aux végétaux, aux animaux et aux êtres humains
    (ex. : besoin de nourriture)
       
  1. Nommer des besoins qui ne sont pas communs aux végétaux, aux animaux et aux humains (ex. : besoin de vêtements chez les humains, contrairement aux animaux et aux plantes)
       
  1. Donner des exemples d’actions qui démontrent que les êtres vivants ont besoin les uns des autres (ex. : le cultivateur fait pousser les légumes que je mange)
       
  1. Donner des exemples d’actions qui démontrent que les membres d’une famille ont besoin les uns des autres (ex. : les enfants ont besoin des parents pour être logés; les parents ont besoin de la collaboration de leurs enfants pour créer un milieu de vie agréable)
       
  1. Des exigences de l’interdépendance entre les êtres humains et les autres êtres vivants2
1re 2e 3e 4e 5e 6e
  1. Nommer des responsabilités qui peuvent être assumées par différents membres d’une famille (ex. : les parents ont la responsabilité de nourrir les enfants; un enfant peut avoir la responsabilité de promener le chien)
       
  1. Nommer des responsabilités qui peuvent être assumées par différentes personnes à l’école (ex. : un élève a la responsabilité d’effacer le tableau; le directeur organise des rencontres avec les parents; la secrétaire gère les absences)
       
  1. Nommer des valeurs qui balisent les comportements dans la famille et à l’école
    (ex. : partage, attention accordée à l’autre, sécurité, respect)
       
  1. Nommer des normes qui balisent les comportements de chacun dans la famille et à l’école (ex. : l’heure du coucher, les règles de vie en classe)
       
  1. Donner des exemples d’actions qui peuvent favoriser le bien-être des êtres vivants
    (ex. : consoler un ami, partager ses jouets, nourrir un animal domestique)
       
  1. Donner des exemples d’actions qui peuvent nuire à des êtres vivants (ex. : dire des choses blessantes, frapper un animal, arracher une plante)
       
  1. Nommer des personnes ou des groupes qui posent des actions pour protéger des êtres vivants (ex. : policiers, brigadiers scolaires, Société protectrice des animaux)
       
  1. Les relations interpersonnelles dans des groupes3
1re 2e 3e 4e 5e 6e
  1. Nommer des groupes d’appartenance4 (ex. : famille, classe, groupe d’amis, équipe sportive, troupe de théâtre, chorale)
       
  1. Établir des liens entre l’appartenance à un ou des groupes et le développement de l’identité personnelle (ex. : l’influence du groupe d’amis sur les goûts musicaux, l’influence de la famille sur les loisirs, l’appartenance au mouvement scout et la capacité de se débrouiller en forêt)
       
  1. Donner des exemples de situations où des besoins sont comblés par un groupe d’appartenance (ex. : en soulignant mon anniversaire, mon groupe d’amis et ma famille répondent à mon besoin d’être aimé et d’être reconnu)
       
  1. Donner des exemples de situations montrant des avantages de la vie de groupe
    (ex. : grâce à la collaboration et à la solidarité de tous les élèves, le ménage de la cour d’école s’est fait rapidement et tous ont eu plus de temps pour jouer)
       
  1. Donner des exemples de situations montrant des inconvénients de la vie de groupe
    (ex. : étant donné que plusieurs élèves veulent jouer dans le module de jeu, il faut être patient et attendre son tour, faire des compromis et apprendre à partager l’espace)
       
  1. Nommer différents types de relations qui peuvent exister entre les membres d’un groupe (ex. : entre les élèves d’une classe, il peut y avoir des relations d’amitié, des relations de leadership, des relations conflictuelles)
       
  1. Expliquer comment des relations interpersonnelles peuvent contribuer ou nuire à l’épanouissement des membres d’un groupe (ex. : quand le capitaine d’une équipe encourage les joueurs, ces derniers se sentent appréciés et cela renforce leur estime d’eux-mêmes; un joueur qui se sent rejeté par les membres de son équipe a de moins en moins confiance en lui)
       
  1. Des exigences de la vie de groupe5
1re 2e 3e 4e 5e 6e
  1. Expliquer comment des comportements, des attitudes ou des actions peuvent favoriser la vie de groupe (ex. : en adoptant une attitude calme en classe, chacun contribue à un climat agréable et propice au travail, et tout le groupe en bénéficie)
       
  1. Expliquer comment des comportements, des attitudes ou des actions peuvent nuire à la vie de groupe (ex. : insulter un ami ou parler dans son dos crée une tension dans le groupe et peut entraîner des conflits)
       
  1. Expliquer comment des valeurs balisent la vie de groupe (ex. : la valeur de respect amène les élèves à attendre leur droit de parole et permet à chacun de s’exprimer sans se faire interrompre)
       
  1. Expliquer comment des normes balisent la vie de groupe (ex. : au cours de karaté, le professeur demande à tous de changer de coéquipier régulièrement pour éviter de créer des sous-groupes)
       
  1. Donner des exemples de situations où des valeurs ou des normes peuvent être remises en question, modifiées ou améliorées pour favoriser le vivre-ensemble (ex. : même s’il est convenu qu’on doit respecter un secret, il peut arriver qu’il faille le dévoiler à un adulte pour le bien d’un ami)
       
  1. Nommer des rôles et des responsabilités qui peuvent être assumés par les membres d’un groupe (ex. : dans une troupe de théâtre, chaque comédien doit mémoriser son texte)
       
  1. Nommer des conditions qui favorisent le bien-être personnel des membres d’un groupe (ex. : le partage du matériel dans la classe, la mise en place d’une procédure pour la gestion des conflits)
       
  1. Des personnes membres de la société6
1re 2e 3e 4e 5e 6e
  1. Expliquer comment les membres d’une société exercent une influence les uns sur les autres (ex. : de plus en plus de gens utilisent des sacs d’épicerie réutilisables, ce qui produit un effet d’entraînement)
       
  1. Donner des exemples de situations où l’influence exercée par les membres d’une société a un impact sur l’affirmation de soi (ex. : un élève refuse ou choisit de porter un vêtement abondamment publicisé dans les médias et porté par plusieurs amis)
       
  1. Expliquer comment les différences entre les personnes peuvent être une source d’enrichissement (ex. : les échanges avec un correspondant d’un autre pays permettent des découvertes enrichissantes : musique, recettes, valeurs, façons de vivre)
       
  1. Expliquer comment les différences entre les personnes peuvent être une source de conflit (ex. : l’esprit de compétition des uns peut créer un conflit avec ceux pour qui seule la participation importe; lorsque des personnes ne parlent pas la même langue, il peut arriver qu’elles ne se comprennent pas bien)
       
  1. Donner des exemples de préjugés, de généralisations ou de stéréotypes présents dans la société (préjugé : c’est certainement lui qui a fait cela, il est le chef de son groupe; généralisation : mon voisin aime la chasse, donc les hommes aiment cette activité; stéréotype : les enfants qui viennent de ce quartier sont plus intelligents que ceux des autres quartiers)
       
  1. Nommer des effets que peuvent avoir des préjugés, des généralisations ou des stéréotypes (ex. : il peut y avoir discrimination, rejet, injustice, catégorisation)
       
  1. Des exigences de la vie en société7
1re 2e 3e 4e 5e 6e
  1. Indiquer ce qui permet de distinguer une action acceptable d’une action inacceptable
    (ex. : L’action entraîne-t-elle un préjudice, une blessure, un malaise, une injustice?)
       
  1. Expliquer comment des actions ou des attitudes peuvent favoriser la vie en société
    (ex. : dénoncer une personne que l’on surprend à voler contribue à l’amélioration de la sécurité du quartier)
       
  1. Expliquer comment des actions ou des attitudes peuvent nuire à la vie en société
    (ex. : le vandalisme implique des coûts que l’ensemble des citoyens doivent assumer)
       
  1. Nommer des sources de tension ou de conflit dans la société (ex. : discrimination, interprétations différentes d’un règlement, inégalités sociales)
       
  1. Expliquer comment des actions ou des attitudes peuvent diminuer les tensions ou les conflits dans la société (ex. : les tensions entre automobilistes et les cyclistes peuvent être diminuées si chacun respecte le code de la sécurité routière et signale ses intentions)
       
  1. Expliquer comment des valeurs ou des normes balisent la vie en société (ex. : la valeur « sauvegarde de l’environnement » incite à réduire la consommation d’eau potable; le système de classification des jeux vidéo guide les parents et les enfants dans leurs choix)
       
  1. Nommer des liens possibles entre un droit et une responsabilité (ex. : le droit d’emprunter un livre à la bibliothèque et la responsabilité d’en prendre soin; le droit d’utiliser le parc municipal et la responsabilité de s’y comporter en bon citoyen)
       
  1. Apprentissages communs à tous les thèmes du primaire
1re 2e 3e 4e 5e 6e
  1. Nommer des repères qui soutiennent et enrichissent la réflexion éthique (ex. : chartes, lois, règlements, leaders spirituels, médias)
  1. Reformuler des questions éthiques (ex. : Qu’est-ce qui distingue un besoin d’un désir?)
       
  1. Formuler des questions éthiques (ex. : Qu’est-ce qu’une société juste? Que signifie « être égaux »?)
   

Compétence 2 : Manifester une compréhension du phénomène religieux
Compétence 3 : Pratiquer le dialogue

1.  Programme Éthique et culture religieuse primaire p.319
2.  Programme Éthique et culture religieuse primaire p.320
3.  Programme Éthique et culture religieuse primaire p.321
4.  Il s’agit ici d’un rappel; cet apprentissage a été fait au premier cycle du primaire en Géographie, histoire et éducation à la citoyenneté.
5.  Programme Éthique et culture religieuse primaire p.322
6.  Programme Éthique et culture religieuse primaire p.323
7.  Programme Éthique et culture religieuse primaire p.324

Haut de page